logo

MENU
avril 2016

Ideal meal, découvrez les résultats de la grande enquête !

convivialitéTrès engagé dans les problématiques liées à l’alimentation, Edenred mène depuis près de 10 ans, un programme de responsabilité sociétale (RSE) intitulé “Ideal meal”. Dans ce cadre, Edenred a réalisé une grande enquête portant sur les habitudes alimentaires des salariés de 14 pays où sont présentes les filiales du groupe.

L’enquête, menée auprès de 2 478 participants, a été construite en 3 parties :

  • les habitudes alimentaires tout au long de la semaine, que ce soit au travail ou à la maison,
  • la place de l’alimentation dans la culture,
  • les idées proposées pour positionner Edenred comme un référent en matière d’alimentation saine.

Il en ressort que, si le déjeuner est généralement perçu comme un moment de détente, les habitudes et la place de l’alimentation varient sensiblement d’un pays à l’autre. A partir des descriptions du
repas idéal par les personnes interrogées, trois dimensions ressortent avec plus ou moins d’importance selon les pays, mettant en avant divers aspects du repas :

  • dans certains pays, c’est le contenu de l’assiette qui prime : France, Italie, Grèce, République tchèque ;
  • pour d’autres, c’est la convivialité qui importe le plus : Brésil, Mexique, Allemagne, Japon ;
  • enfin, pour les Belges, les Polonais, les Britanniques et les Américains, les aspects importants sont d’ordre pratique et économique.

Les Français et les Mexicains sont les plus nombreux à consacrer plus de 30 minutes au déjeuner. A l’opposé l’immense majorité des Grecs (plus de 91% des répondants) déjeune en moins de 30 minutes. En outre, dans les pays d’Amérique latine, il est courant d’aller au restaurant pour le déjeuner, tandis que les options “à emporter” (achetées dans le commerce ou préparées à la maison) sont plus répandues dans les pays anglo-saxons.

De manière générale, les salariés choisissent leur lieu de restauration en fonction de 3 principaux critères : la proximité géographique, la rapidité du service et le prix. Le bouche-à-oreille entre collègues reste le moyen le plus courant d’échanger des avis.
Lorsqu’ils mangent chez eux, la plupart des salariés cuisinent leurs repas eux mêmes, sauf dans les pays anglo-saxons où ils préfèrent consommer des plats préparés ou a emporter.
Par ailleurs, il apparaît que l’impact de l’alimentation sur la santé est une préoccupation importante des salariés du groupe. Toutefois, cette inquiétude est plus fréquemment citée dans les pays européens et dans les pays à fort pouvoir d’achat, alors que l’accès à l’alimentation ressort davantage dans les pays comme le Venezuela ou le Mexique.

L’intérêt marqué des salariés du groupe pour une alimentation saine résulte entre autres des actions de sensibilisation menée par Edenred depuis plusieurs années dans le cadre de sa politique RSE, via notamment le programme FOOD.

 Pour découvrir l’intégralité de l’enquête Ideal Meal 2016, avec les résultats détaillés pays par pays, vous pouvez téléchargez l’enquête :

Ideal meal | , , , , | Ajouter un commentaire

Semaine du handicap : Entendons-nous bien

Catherine MOUGIN et Marion Santelli de l’association d'Atalan

Catherine MOUGIN et Marion Santelli de l’association d’Atalan

 

« Si vous deviez dire bonjour avec vos mains, comment feriez-vous ? » C’est sur cette question toute simple que s’est lancée la Semaine du Handicap d’Edenred, le 14 mars dernier.

Dans le cadre de cet événement, l’atelier Entendons-nous bien a permis aux collaborateurs d’apprendre quelques mots en langue des signes et de découvrir d’autres techniques de communication non verbale. Pour cela, ils ont été mis en situation et invités à se mettre à la place de personnes atteintes de surdité.

« Notre approche est basée sur la mise en situation et le questionnement. En valorisant leurs connaissances innées, nous démontrons aux participants que l’apprentissage d’un autre mode de communication est accessible », souligne Catherine Mougin, Animatrice Ateliers Handicap Atalan.

Avec le vieillissement de la population, la surdité devient un handicap de plus en plus fréquent. Il peut être facteur d’isolement. Sensibiliser, c’est permettre une meilleure compréhension des uns et des autres, pour mieux travailler ensemble mais aussi vivre mieux, de manière générale.

« Les stéréotypes sont très fréquents. C’est en agissant sur la représentation des uns, qui vont ensuite convaincre d’autres, que nous influençons les représentations et facilitons l’intégration des personnes en situation de handicap », poursuit Catherine Mougin.

« Notre objectif est de mettre en avant le champ des possibles. Nous agissons dans une logique d’autonomisation, pour que chaque collaborateur puisse être reconnu pour ses compétences, au-delà de toute notion de handicap », conclut Sonia Otmani, Chef de projet RH Handicap chez Edenred France.

En savoir plus sur Atalan 

Ideal care | , , , , , | Ajouter un commentaire

Semaine du handicap : Voir autrement !

braille-ordinateur

Comment lire un email, comment écrire un document… Bref, comment être autonome en milieu professionnel quand on est aveugle ou malvoyant ? A l’occasion de la Semaine du Handicap, les collaborateurs d’Edenred ont découvert les outils numériques qui pallient la déficience visuelle.

Malakoff, mardi 15 mars, l’équipe du Groupement des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes (GIAA) est en place, prête à recevoir les collaborateurs d’Edenred. Chaque membre propose d’aborder, sous l’angle des outils numériques, le sujet mal connu de l’adaptation professionnelle des salariés aveugles ou malvoyants.

Le GIAA a pris le parti de présenter de manière très pratique les outils utilisés par les déficients visuels pour travailler au quotidien. Le principe est simple : rendre accessibles à l’utilisateur toutes les informations qui apparaissent à l’écran. « Mon ordinateur portable et mon smartphone sont équipés d’un logiciel de synthèse vocale. Je peux lire tout type de texte avec mes oreilles… et avec mes mains ! J’utilise une plage Braille, qui permet de lire ce qui apparaît à l’écran et de prendre des notes », explique Pierre Marragou, Chargé de Mission Projets Européens et Internationaux à la Métropole Européenne de Lille et Administrateur du GIAA.

Le GIAA agit sur tous les fronts

Semaine du handicap

Semaine du handicap : Voir autrement

L’association GIAA, créée en 1949 par des étudiants déficients visuels, agit pour l’accès aux études et au travail des aveugles et des malvoyants. L’une de ses missions porte sur l’accompagnement des déficients visuels en situation de recherche d’emploi, de formation, de maintien ou de repositionnement professionnel. Et ceci, quel que soit le handicap visuel : de naissance, naissant ou évolutif, de la malvoyance légère à la cécité complète.
Plus largement, elle agit également auprès des pouvoirs publics et réalise des ateliers de sensibilisation auprès des entreprises et des administrations.

« Cet espace d’échange en milieu professionnel démystifie le problème de la déficience visuelle en entreprise, qui peut faire peur », estime Marie-Renée Hector, Professeur d’anglais à la retraite et Présidente du GIAA. «Les collaborateurs ont envie de savoir, ils ont parfois des préjugés. Notre rôle est de libérer la parole, de lever les tabous. L’approche est à la fois collective et individuelle, puisque chacun peut demander des conseils en toute confidentialité. »

En savoir plus sur le GIAA 

Ideal care | , , | Ajouter un commentaire