logo

MENU
décembre 2016

5 astuces pour donner du tonus à vos assiettes !

5 astuces pour donner du tonus à vos assiettes !

5 astuces pour donner du tonus à vos assiettes !

 

Une assiette savoureuse permet d’augmenter l’effet de satiété et donc, d’éviter les fringales. Suivez nos conseils pour donner du goût à vos plats.

 

De la fraîcheur avec les plantes aromatiques

De l’entrée au dessert, les herbes aromatiques savent rehausser un plat et lui apporter une touche de fraîcheur. Coriandre, basilic, ciboulette, persil et menthe vont de pair avec la plupart des ingrédients.

On ajoute ces herbes, de préférence crues et ciselées, sur les plats, au dernier moment. Cuites au four (avec un pizza par exemple), elles ont tendance à dessécher et, mijotées, à ramollir.

Pour varier les goûts : présentez votre fromage de chèvre frais avec de la ciboulette et du poivre ou de l’aneth et des baies roses. Côté desserts, la menthe agrémente de nombreuses salades de fruits et les feuilles de verveine vont très bien avec la mangue. Profitez-en, c’est un fruit de saison !

Les bons accords : thym/sauce tomate, ragoûts/romarin, origan/pizza, persil/poisson blanc, estragon/omelette, aneth/sauces.

 

Un brin d’exotisme avec les épices

Les épices dynamisent les recettes un peu fades et ont une fonction décorative. Pour explorer tout leur potentiel gustatif, dégustez-les séparément dans vos plats préférés.

Vous pouvez les ajouter selon la quantité souhaitée, pendant la cuisson de vos plats ou après. S’il s’agit de graines, écrasez-les grossièrement à l’aide d’un pilon pour faire ressortir tout leur bouquet. Vous pouvez également tester des mélanges d’épices tout préparés comme le ras el hanout, un mix marocain de près de 20 épices !

Pour les conserver, stockez vos poudres, vos bâtonnets et vos graines dans des bocaux hermétiques et à l’abri de la lumière.

Les bons accords : anis étoilé/ biscuits, baies roses/poissons en papillote, cannelle/fruits cuits, cardamome/court-bouillon, graines de coriandre/ chou, curcuma/sauce, cumin/légumes, gingembre/volailles, noix de muscade/purée

 

Des vinaigrettes qui changent

Touche finale de votre salade, la vinaigrette est l’atout « charme » d’une assiette de crudités. C’est pourquoi, il est important de la bichonner.

Variez donc du traditionnel mélange : huile/vinaigre/moutarde avec des huiles de base qui changent. Commencez par remplacer l’huile d’olive par une huile de colza, de noix ou un mélange d’huiles de lin, d’olive et de bourrache, source d’oméga-3.

Les bonnes vinaigrettes (sur cette base) : jus de citron, miel et curry pour booster vos défenses immunitaires, jus de carotte, moutarde et vinaigre de framboise, pour un petit côté acidulé, jus d’agrumes, échalotes et moutarde pour un assaisonnement vivifiant.

Romy Ducoulombier

 

Ideal meal | , | Ajouter un commentaire

Conservation des aliments : comment bien ranger son réfrigérateur?

 

Comment bien ranger son réfrigérateur pour une meilleure conservation des aliments ?

Comment bien ranger son réfrigérateur pour une meilleure conservation des aliments ?

 

En France, nous jetons en moyenne 21% des aliments que nous achetons, soit 20kg par an et par français selon le ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt. Pour lutter contre ce gaspillage alimentaire et permettre une conservation optimale de nos aliments, la règle d’or passe par un rangement efficace de son réfrigérateur. Découvrez sans plus attendre toutes les bonnes pratiques à respecter.

 

Respectez les zones de températures

Chaque réfrigérateur a été conçu de telle sorte que chaque aliment y trouve la place la plus adaptée pour conserver toutes ses qualités nutritionnelles. C’est pourquoi votre appareil dispose de différents étages qui exposent vos aliments à des températures différentes :

  • Une zone froide entre 0° et 4°C : viande et poisson cru, charcuterie, jus, aliments ou plats à décongeler, plats cuisinés, crustacés,  plats faits maison, fromage au lait cru, produits frais entamés etc… y trouveront la place qui leur est parfaitement adaptée.
  • La zone fraîche/tempérée entre 4°C et 6°C : yaourts, crème fraîche, viande et poisson cuits, pâtisserie, sauces etc… y seront correctement conservés.
  • Le bac à légumes entre 8° et 10°C : comme son nom l’indique, ce bac permet de protéger les fruits et légumes frais  de l’humidité.  Pour ceux qui ont deux bacs, vous pouvez séparer les fruits et légumes, ça n’en sera que mieux.
  • La porte du réfrigérateur entre 6° et 10°C : Cette zone conviendra parfaitement aux produits ne nécessitant pas une température très froide tels que : boisson, confiture, œuf, beurre, vinaigrette, ketchup etc…

 

Ne brisez pas la chaîne du froid et évitez les pertes d’énergie inutiles

  • Évitez de laisser la porte de votre frigo ouverte trop longtemps pour ne pas y faire entrer l’air chaud, entraînant une hausse de température. Vous éviterez ainsi une surconsommation d’énergie pour atteindre à nouveau le refroidissement de base nécessaire.
  • Laissez refroidir vos aliments avant de les placer au frais.
  • Ne surchargez pas votre réfrigérateur en pratiquant une bonne gestion de vos achats. Sachez que certains aliments ne doivent pas obligatoirement être rangés dans le frigo : les bananes se conservent par exemple mieux à l’air ambiant et noirciront moins vite, de même que les pommes de terre et les oignons.
  • Retirez tous les emballages superflus (cartons de conditionnement des yaourts par exemple) pour permettre une meilleure circulation de l’air.
  • Les produits laitiers dont l’emballage est gonflé, ont subi une rupture de la chaîne du froid et ne sont pas consommables.

 

Conservez un frigo sain et propre

  • Nettoyez votre frigo au minimum une fois par mois. Pour cela, optez pour du vinaigre blanc dilué dans de l’eau chaude.
  • Placez une feuille de papier cuisson dans votre bac à fruits et légumes. Grâce à son imperméabilité, il vous sera très facile de conserver propre votre bac si quelques légumes venaient à s’abîmer un peu.
  • Rangez les aliments non consommés mais déjà entamés dans des Tupperwares pour éviter d’une part la prolifération des bactéries et d’autre part maîtriser les odeurs. L’idéal étant que les récipients soient transparents voir même étiquetés pour vous permettre d’identifier facilement leur contenu sans avoir à les ouvrir.
  • Évitez de coller vos aliments aux parois. Outre le fait que l’emballage risque de rester collé, vous limiterez la prolifération des bactéries.

 

Respectez les dates de conservation

  • Placez de façon très visible les aliments périssables pour les consommer rapidement.
  • Consommez les produits entamés dans les 3-4 jours, dans la journée pour les viandes
  • Pensez à congeler les aliments pour qu’ils se conservent plus longtemps. Pour cela vérifiez les dates limites de conservation en évitant de congeler ceux ayant une date de péremption trop proche

 

Ideal meal | , | Ajouter un commentaire

Découvrez ou redécouvrez les légumes oubliés

Découvrez ou redécouvrez les légumes oubliés

Découvrez ou redécouvrez les légumes oubliés

 

De nombreux légumes sont tombés dans l’oubli et sont devenus rares à trouver au moment de faire vos courses. Et pourtant, ils regorgent de bienfaits nutritifs qui en font des légumes qu’il serait bon de retrouver dans nos assiettes.

 

Pourquoi certains légumes ont-ils été oubliés ?

Il est compliqué de trouver sur les étalages de vos marchés ou supermarchés des topinambours, des crosnes ou encore des panais. Et pourtant, il fut un temps où ces légumes étaient largement consommés.

Alors pourquoi ont-ils disparus de nos assiettes ? Les raisons sont diverses et varient d’un légume à un autre :

  • Face à une société de sur-consommation, certains de ces légumes étaient considérés comme difficiles à cultiver en très grande quantité.
  • Pour d’autres, ils étaient associés à une période de guerre et de pénurie, à l’exemple du chou rave qui était principalement consommé par les paysans.
  • Enfin, pour certains, leur aspect n’a pas joué en leur faveur. Pas assez beau, pas assez rond, pas assez appétissant etc… le crosne, par son aspect peu ragoûtant, a par exemple peu à peu disparu.
Légumes oubliés : le crosne

Légumes oubliés : le crosne

 

 

Les bienfaits des légumes oubliés

Quel dommage de laisser ces légumes tomber aux oubliettes ! Même les grands chefs cuisiniers l’ont compris. C’est pourquoi, ils remettent au goût du jour ces légumes oubliés pour faire ou refaire découvrir à leurs clients des saveurs nouvelles.

Cuisinés en salade, en poêlé, en gratin ou encore en purée, chacun de ces légumes apporte des bienfaits nutritionnels à notre organisme et sont enrichis de vertus non négligeables.

On peut citer par exemple le panais. Avec sa saveur sucrée, c’est un légume riche en minéraux (manganèse, phosphore, magnésium, potassium…), en vitamine B9 (folate), en vitamine C et en vitamine E.

Légumes oubliés : le panais

Légumes oubliés : le panais

 

Ou encore le rutabaga : croisé entre le navet et le chou frisé, il est riche en vitamine C et c’est donc un véritable allié pour notre système immunitaire, notamment en période hivernale. Il est également réputé pour son pouvoir antioxydant et ses bienfaits en potassium. 

Légumes oubliés : le rutabaga

Légumes oubliés : le rutabaga

 

Où découvrir toutes les variétés de légumes oubliées ?

Toute l’année, petits et grands peuvent venir découvrir tous ces légumes oubliés pour enrichir leur connaissance et apprendre comment les cultiver et les cuisiner :

  • Le potager du roi à Versailles : classé monument historique depuis 1926, ce jardin regorge de fruits et légumes en tous genres : chou- fleur, blettes, potirons, tomates, panais ou crosnes sans oublier les 130 variétés de pommes et de poires. Et si vous ne souhaitez pas repartir les mains vides, il est possible d’en acheter sur place.
  • Le » MUSEE GOURMAND des LEGUMES OUBLIES » du Château de Belloc, à Sadirac. Direction Bordeaux pour découvrir le principal site touristique de la Gironde. De nombreux prix sont venus récompenser ce musée créé par Bernard Lafon également créateur de la marque « Oh légumes oubliés ». A travers son jardin et son labyrinthe, il nous fait découvrir toute l’histoire des fruits et légumes. Une fois de plus, il possible de faire quelques emplettes !

C’est d’ailleurs dans le cadre d’un partenariat entre ces deux grands noms et sous contrat de licence, que la marque et la gamme de produit « Château de Versailles – Epicerie Fine » a été créée. Issue d’une agriculture locale et biologique, ces produits contribuent à incarner l’art de vivre à la française à travers le monde.

 

Ideal meal | , , | Ajouter un commentaire

Les super pouvoirs des graines germées

Les super pouvoirs des graines germées

Les super pouvoirs des graines germées

 

Les bienfaits nutritionnels des graines germées

Les graines germées sont épatantes ! Elles sont riches en vitamines, en fibres et en oligo-éléments. En prime, elles jouent un rôle d’antioxydants et contribuent à l’équilibre nutritionnel.

Symboles de renouveau, ces jeunes pousses donnent un coup de fouet à l’organisme. Les céréales (blé, sarrasin), les oléagineux (sésame, courge, tournesol) ou les légumineuses (pois chiches et lentilles) se consomment sous forme de germe d’environ 0,5 cm. Les graines de légumes, quant à elles, (cresson, fenouil, radis, persil) se dégustent à l’état de pousses vertes de 2-3 cm. Les germes de soja vert, de tournesol, de brocoli ou d’alfalfa sont une bonne source de protéines végétales. Le blé, les lentilles, le lin, les épinards sont riches en fer et en magnésium. Tout comme les graines de tournesol et de sésame qui contiennent aussi des acides gras essentiels.

Pour faire le plein de vitamine C, misez sur les germes de chou rouge, de cresson et de roquette. Le plus : croquantes, fraîches et parfois relevées, les graines germées donnent du pep’s à vos mets. Et leur goût renforce l’effet de satiété (parfait pour limiter les grignotages entre les repas). On les achète : en magasins bios et en supermarchés. Elles sont vendues en petits sachets.

 

Comment faire germer ses graines ?

Tout dépend de votre consommation de graines germées !

Si vous souhaitez cultiver une variété à la fois, optez pour un bocal en verre à couvercle percé (en plastique ou en inox). Le mode d’emploi : versez la dose de graines souhaitée (1 c. à soupe) dans votre bocal et laissez tremper une nuit dans le récipient rempli d’eau. Le couvercle perforé doit être refermé. Ainsi le lendemain, vous n’aurez plus qu’à l’utiliser comme une passoire pour vider le liquide. La germination peut débuter ! Une fois par jour, versez de l’eau dans le bocal (à travers le couvercle), remuez-le et videz l’eau. Cela permet d’humidifier vos graines en les rinçant. Au bout de 2 à 3 jours, c’est prêt !

Il existe aussi des germoirs à étages pour une utilisation familiale, des modèles avec arrosage intégré et d’autres en terre cuite. Si vous souhaitez acheter des graines toutes prêtes, sachez qu’elles sont vendues en barquettes au rayon frais des magasins bios.

 

Graines-germées et mets

Sur une tartine de pain complet, disposez un avocat préalablement écrasé (et assaisonné) et ajoutez vos petites pousses de blé ou de radis, par exemple. Sur une salade de légumes crus râpés, elles varient les textures et optimisent l’apport en vitamines C. Sur une purée ou un velouté, les graines germées apportent du croquant et une touche acidulée. Tout est permis ! À condition de les consommer crues pour profiter de leurs bienfaits.

Romy Ducoulombier

 

Ideal meal, Non classé | , , , , | Ajouter un commentaire