logo

MENU
mai 2017

Elioz Connect : les centres de relation clients bientôt accessibles aux sourds et malentendants

Elioz Connect

Edenred France a décidé de doter son centre de relation clients de la plateforme Elioz Connect, un service de relais téléphonique destiné aux personnes sourdes et malentendantes.

La plateforme Elioz Connect permet à des personnes sourdes et malentendantes d’entrer en communication avec un chargé de clientèle par téléphone, via leur écran d’ordinateur. Selon le mode de communication de la personne, un interprète traduit les propos de l’interlocuteur en langue des signes ou les transcrit par écrit en temps réel.

Ce type de plateforme devrait se généraliser dans les prochaines années. « De plus en plus d’entreprises souhaitent rendre accessible leur centre de relation clients, ce qui est normal : il y a des millions de sourds et malentendants en France qui sont aujourd’hui exclus de ces services. Ils sont pour le moment obligés de faire des démarches complexes pour bénéficier d’un service clients, ou d’y renoncer », estime Jean-Michel Armagnacq, directeur des ventes et associé fondateur d’Elioz.

De plus, la loi du 7 octobre 2016 pour une République numérique oblige désormais les services d’accueil téléphonique tels que les centres de relation clients à se rendre accessibles aux personnes sourdes et malentendantes.

Sans attendre l’entrée en vigueur de cette disposition, Edenred France a choisi de se mettre en conformité avec cette exigence en dotant son centre de relation clients (CRC) de la plateforme Elioz Connect. Sa mise en place s’est accompagnée de la sensibilisation des collaborateurs du CRC et de la formation de chargés de clientèle « pilotes ». A plus long terme, il est prévu d’intégrer ce module dans le parcours de formation des nouveaux chargés de clientèle.

« Je trouve important que les équipes aient été sensibilisées », témoigne Kadouche (…), chargée de relation clients chez Edenred France. « Avant, je ne m’imaginais pas qu’un sourd ou un malentendant puisse accéder à nos services. Ce type d’initiative donne une ouverture d’esprit qui permet de « penser plus large. » »

Pour Sonia Otmani, chargée de projets RH et handicap chez Edenred France, il s’agit d’une avancée importante : « Aujourd’hui, 10 % de la population serait en situation de handicap. En mettant en place Elioz Connect, Edenred France répond à un besoin des personnes sourdes, mais ouvre aussi la porte à tous ceux qui ont, de près ou de loin, un rapport avec le monde de la surdité. »

Cette mise en accessibilité des centres de relation clients pose des défis techniques et humains, parmi lesquels la confidentialité des informations échangées dans le triangle entreprise-interprète-client. Edenred a choisi la plateforme Elioz pour plusieurs raisons

  •  un accompagnement qui s’adapte aussi bien aux oralistes qu’aux personnes ayantt besoin d’un interprète en Langue des signes française (LSF), notamment avec le connect;
  •  des garanties solides en matière de confidentialité.

« Elioz a fait le choix déontologique de ne travailler qu’avec des interprètes diplômés », explique Jean-Michel Armagnacq. « Ceux-ci sont tous assujettis à des devoirs très précisément normés par le code pénal, qui décrit clairement les obligations de fidélité, de neutralité et de confidentialité des interprètes. » Ainsi, quelles que soient les informations échangées (numéro de compte, etc.), l’interprète ou le transcripteur ne divulguera ou n’utilisera jamais ce qu’il a entendu.

Cette mission exige en outre des qualités professionnelles et humaines particulières de la part des interprètes. En effet, comme le mentionne Christophe Ricono, président d’Elioz, « l’usage du téléphone n’est pas naturel chez les personnes sourdes. Il y a donc une révolution culturelle à opérer et, pour l’interprète, il y a une partie d’accompagnement. »

Chez Edenred France, la question de l’accessibilité n’est pas qu’une problématique RH et handicap, puisqu’elle est portée par l’ensemble du comité de direction. D’ailleurs, l’entreprise ne compte pas s’arrêter là : « le but est d’étendre Elioz sur la partie pôle clients, c’est-à-dire de rendre tout accessible chez Edenred, y compris l’accueil », nous confie Sonia Otmani.

 

Ideal care | , , | 1 Commentaire

«Le charme discret de l’intestin» : une réhabilitation salutaire !

 

« Le charme discret de l’intestin » : une réhabilitation salutaire !

« Le charme discret de l’intestin » : une réhabilitation salutaire !

 

Paru en 2015 chez Actes Sud dans sa traduction française, « Le charme discret de l’intestin », du médecin allemand Giulia Enders, illustré d’un joli trait enfantin par sa sœur Jill Enders, n’en finit pas de faire des émules.

Aussi passionnant qu’un roman, il brosse avec un sérieux scientifique mâtiné d’humour, la vie et les humeurs de notre second cerveau – notre intestin – et change radicalement la vision un peu dégoûtée que nous en avions.

Et il est à parier qu’un grand nombre de lecteurs ont radicalement changé d’attitude au moment de remplir leur caddy, de passer aux fourneaux ou de choisir un plat au restaurant.

 

Car mieux qu’un livre de chevet, ce « Charme discret » s’impose en livre de table.

Après lui, impossible de humer, regarder et attaquer son assiette sans penser à cette planète autonome et unique qui impose en nous les lois de ses milliards de minuscules habitants besogneux et compétents : bactéries pour 90%, bonnes et mauvaises, mais aussi parasites, autant de petits peuples en harmonie ou en guerre, selon ce que nous leur offrons à digérer, médicaments inclus.

Nous apprenons tout au long des pages à interpréter leurs langages – nausée, surpoids, constipation … forment leur vocabulaire – et à adopter les bons réflexes utiles à leur paix et à leur sérénité.

En voici quelques exemples, dûment argumenté :

  • Plus nous mangeons variés, frais et colorés, mieux c’est !
  • Espacer de 5 heures nos différents repas, c’est l’idéal.
  • Aux toilettes, poser les pieds sur un petit repose-pied donne la position idéale compte-tenu de la morphologie de cet organe.
  • Bouder les antibiotiques qui perturbent son équilibre. Leur préférer de loin des cures de probiotiques qui vont renforcer ses défenses.
  • Se méfier de la viande non bio, qui cache des antibiotiques.
  • Et si on a vraiment besoin d’un laxatif, préférer le PEG (Polyéthylène glycol) car c’est le plus respectueux

Outre de précieux conseils, le livre nous informe aussi sur l’état de la recherche en matière d’intestin. Et notamment sur les espoirs concernant une bactérie du lait caillé pour lutter contre le mauvais cholestérol, très présente dans l’intestin des masaïs.

 

Catherine Terrand

 

Ideal meal | , , , , | Ajouter un commentaire

La tendance du sans gluten

 

La tendance du sans gluten

La tendance du sans gluten

 

Après avoir connu une croissance incroyable de 29% en 2012, 32% en 2013, 42% en 2014 (Chiffres Iri France), les produits sans gluten ont encore enregistré une augmentation de leurs ventes en grande surface de plus de 13% en 2015.

 

Une manne pour les industriels

Les véritables intolérants au gluten ou malades cœliaques constituent 1% de la population. Ce n’est donc pas eux qui expliquent le succès mondial des régimes sans gluten, mais plutôt, depuis une petite dizaine d’années, la promotion qu’en font de grandes stars essentiellement américaines. Avec des aspirations qui parlent à de nombreux consommateurs : se sentir plus en forme !

Autre explication de ce succès, les enjeux économiques : bouquins, conseils, nouveaux produits sur le marché.  La manne est si belle pour les industriels de l’agroalimentaire, que leur marketing aurait réussi à persuader 20% des adultes britanniques d’être intolérants, quand ils ne sont en réalité qu’un peu plus de 1%. Nombre de psychiatres et de psychothérapeutes, spécialistes des troubles alimentaires, vont jusqu’à parler de néophobie alimentaire.

 

Une valeur nutritionnelle moindre

Selon l’AFP, les consommateurs de sans gluten sont pour 90% des personnes non diagnostiquées comme intolérantes. Pourtant, elles affirment se porter beaucoup mieux (moins de problèmes digestifs, notamment). D’autres adoptent ce régime pour maigrir et prétendent que « ça marche ». Certes, aucune étude sérieuse n’est là pour étayer la réalité de ces bienfaits, mais les témoignages positifs sont nombreux.

A contrario, une étude effectuée par l’Université de Vienne, dont les résultats ont été publiés en octobre 2015 par la revue scientifique PeerJ, démontre  que les produits sans gluten n’apportent aucun bénéfice nutritionnel supplémentaire à leurs homologues avec gluten. Selon 60 millions de consommateurs  (Janvier 2016), leur valeur nutritionnelle serait même moindre. Rien donc, d’après cette revue, qui justifie leur coût exorbitant.

Par ailleurs, nombre de médecins traditionnels, de gastro-entérologues et de nutritionnistes s’alarment des carences que le régime sans gluten pourrait engendrer, en fibres, glucides complexes et vitamines.

 

Se faire dépister et accompagner

Le conseil, avant de se lancer dans un régime sans gluten est donc de se faire diagnostiquer comme intolérant par son médecin traitant (un nouveau test sanguin rapide, fiable à plus de 90%, a été mis au point en 2014) ou de vous rapprocher de l’AFDIAG, l’Association Française des Intolérants au Gluten.

Et si, non intolérant, vous souhaitez toutefois suivre un régime sans gluten pour raison personnelle, il est indispensable de vous faire accompagner médicalement pour ne pas souffrir de carences graves.

 

Catherine Terrand

 

Ideal meal | , , , , | Ajouter un commentaire

Les bonnes matières grasses : où les trouver ?

 

Les bonnes matières grasses : où les trouver ?

Les bonnes matières grasses : où les trouver ?

 

Bannies de nombreux régimes car considérées, de juste, comme responsables de l’obésité et des maladies cardiovasculaires, les graisses sont pourtant indispensables à notre organisme.

 

Deux raisons majeures de manger des matières grasses

Nos membranes cellulaires, dont celles de nos neurones, sont constituées majoritairement de lipides. Une carence peut nuire à la bonne fonction de nos cellules, qui véhiculent dans notre sang certaines protéines, les vitamines et les hormones.

Les antioxydants de type caroténoïdes ne sont solubles que dans les matières grasses. Ils sont présents dans les fruits et légumes à peau ou chair orange ou rouge : carottes, potirons, melons, pêches, tomates… Pour les assimiler et profiter de leurs bienfaits – protection de la peau et des tissus contre les UV, le tabac et le vieillissement – il faut les associer à des lipides.  C’est encore plus indispensable pour le bêta-carotène, que l’organisme transforme en vitamine A, essentielle à la croissance et au développement des cellules, à la vision et au système immunitaire.

 

Bien choisir ses matières grasses

Cela ne veut pas dire toutefois qu’il faille consommer n’importe quelle matière grasse, car certaines sont bien meilleures que d’autres. Voici où les trouver :

  • Dans l’avocat : Ses lipides sont surtout des acides gras mono-insaturés, principalement de l’acide oléique (oméga-9), qui n’encrassent pas les artères et qui participent au bon fonctionnement cardiovasculaire.
  • Dans les huiles d’olive ou de colza première pression : Même bienfaits que l’avocat. De plus, une cuillère à soupe par jour de ces huiles, sur une belle salade de jeunes pousses par exemple, suffit à couvrir la moitié de nos besoins quotidiens en oméga-3 anti-inflammatoire.
  • Dans le lait : C’est la meilleure source en calcium qui soit. Or le déficit en calcium se traduit par une plus grande accumulation des graisses corporelles et un appétit mal maîtrisé. D’autres produits laitiers sont sources de calcium, mais celui du lait assure une métabolisation des graisses plus rapide que les autres. Il a donc aussi un rôle brûle-graisse.
  • Dans les sardines et les maquereaux : Pour leurs oméga-3, mais aussi pour leur richesse en vitamine B et D, en sélénium, en phosphore et en iode. Ces poissons excellent pour la santé des dents et des os, et pour prévenir la dépression, l’ostéoporose et certains cancers.
  • Dans les noix, les noisettes et les amandes : Idéales pour les fringales entre deux repas, elles sont riches en oméga-3 (5 belles noix ou 10 noisettes et amandes comblent notre besoin quotidien), et contiennent aussi de la vitamine E, du magnésium, des fibres et des antioxydants.
  • Dans les graines de lin : Un vrai cocktail de vitamines (B, C, E et K) et d’antioxydants, qui stimule la coagulation sanguine, améliore le transit et prévient le diabète de type-2. A parsemer dans les pâtes à pain ou sur les salades de crudités.

 

Catherine Terrand

Ideal meal | , , , , | Ajouter un commentaire