logo

MENU
février 2018

Pour nous aider cet hiver, presse-agrumes, fourchettes et casse-noix s’invitent au petit déjeuner !

 

Petit déjeuner pour affronter l'hiver

Petit déjeuner pour affronter l’hiver

 

Pour nous aider cet hiver, presse-agrumes, fourchettes et casse-noix s’invitent au petit déjeuner !

Rhume, grippe, gastro-entérite, angine, bronchite…, il n’est pas facile de passer au travers des maladies hivernales. Et pour cause : Les virus prolifèrent davantage par faible ensoleillement et le froid les rend plus forts,  quand tout au contraire, pour les mêmes raisons, notre système immunitaire ralentit, leur laissant plus de temps pour s’installer.

Pour éviter d’être raplapla dès le matin et pour faire un joli pied de nez aux virus et aux bactéries, l’une des solutions consiste à enrichir notre petit déjeuner en nutriments bien choisis.

 

Une boisson pour se réhydrater

En hiver, la soif se faisant moins sentir, nous avons tendance à oublier de boire au cours de la journée et à inhiber doucement notre réflexe de soif. Boire dès le petit déjeuner est donc un bon moyen de se réhydrater après une nuit de sommeil et de stimuler ce réflexe de soif. La meilleure des boissons au réveil ? Un grand verre d’eau tiède avec quelques gouttes de jus de citron frais, effet détox en plus comme l’explique le site Améliore ta santé. Mais thé, café léger, lait de brebis ou de vache pour ceux qui le tolère, ou boissons végétales (riz, soja, amande, avoine…), font aussi l’affaire.

 

Un petit kiwi ou un cocktail d’agrumes pour la vitamine C 

Egalement appelée acide ascorbique, la vitamine C excelle pour booster notre système immunitaire et nous aider à lutter contre la fatigue. Les agrumes (citrons, oranges, pamplemousses, mandarines…) et les fruits exotiques, kiwis, goyaves et mangues en tête, en regorgent. Toutefois certaines préparations et manipulations (ajout d’eau ou de sucre, ou oxydation, par exemple), la détériore et la rende moins absorbable. Aussi, au petit déjeuner hivernal, l’idéal est de manger un ou deux fruits riches en vitamine C, frais, entiers ou tous juste pressés. Pour varier les plaisir, on peut en mélanger plusieurs et partager ce cocktail en famille.

 

Des céréales complètes pour une énergie durable

Pour affronter le froid, notre organisme puise dans nos réserves de calories. L’hiver, nous sommes donc plus sujets aux petites fringales en milieu de matinée. Pour les éviter, notre petit déjeuner doit comporter des sucres très lents, garants d’une énergie durable jusqu’au déjeuner : de belles tartines de pain complet ou semi-complet, de seigle, de son ou aux céréales, des flocons d’avoine ou des crêpes au sarrazin. Du bio, de préférence, car la cosse des céréales complètes concentrent les pesticides. Plus festif, pour le week-end : un gâteau de riz au lait « fait maison », avec du riz complet, en suivant la recette facile proposée sur le blog de la chaîne d’épiceries Bio is Biotiful.

 

Un œuf au plat pour démarrer sur les chapeaux de roue

Pour nous donner envie de nous lever et de nous activer, notre cerveau fabrique de la dopamine : notre starter. Or cette dopamine est mieux synthétisée à la lumière du soleil. Heureusement, un acide aminé, présent dans les protéines animales, peut prendre le relais quand les jours raccourcissent ou s’assombrissent. Voilà pourquoi manger un œuf au petit déjeuner, au plat ou à la coque, ou une tranche de jambon, du blanc de poulet ou encore du fromage ou un yaourt, contribue à nous donner un coup de fouet en hiver.

 

Des fruits secs contre l’anémie et la déprime hivernales

Il existe deux catégories de fruits secs : ceux à coque (amandes, noisettes, noix….) et les déshydratés (abricots, figues, raisins, pruneaux…). Pourquoi augmenter leur consommation en hiver ? Parce que riches en fibres, ils favorisent le transit, ralenti par notre plus grande sédentarité. Gorgés de fer et de potassium, ils nous aident aussi à lutter contre la fatigue et contre la dépression saisonnière qui touche un français sur dix, comme nous le rappelle Santé Magazine. Attention à ce qu’ils soient non traités !

 

Fourchettes et casse-noix s’invitent !

En résumé, voici un exemple de petit déjeuner hivernal idéal : une grande tasse de thé avec un trait de citron, une grosse orange bio pressée, un œuf au plat sur une tranche de bacon, deux belles tartines de pain bio aux céréales et une poignée d’amandes fraîchement sorties de cette coque.

 

Catherine Terrand

Ideal meal | Commentaires fermés

Cuisiner les épluchures : la planète nous dit « merci » et nos papilles aussi !

Cuisiner nos épluchures

Cuisiner nos épluchures

 

Chaque seconde, 41 200 kilos de nourriture sont jetés, soit 1/3 de la production globale dédiée à la consommation, selon le site Planetoscope qui s’en inquiète. Ce site nous permet de suivre cette gabegie via un compteur dont l’allure affole.

Bien sûr la plupart de nos grandes villes françaises recyclent ces déchets, sous forme de compost le plus souvent, compost que nous pouvons fabriquer aussi nous-même. Mais il est possible d’agir plus en amont encore, bien au chaud devant notre fourneau. Et de faire ainsi un petit pas de plus dans notre stratégie personnelle vers le zéro déchet.

Comment ? En transformant, par exemple, nos queues de cerise en infusion détox, l’écorce de nos melons en confiture ou encore nos fanes de radis en muffins qui vont épater nos invités ! Non seulement ce geste est bénéfique pour la planète, mais il l’est aussi pour notre porte-monnaie, pour notre plaisir, car les recettes sont nombreuses et savoureuses, et aussi pour notre santé : les fanes et la peau des fruits et légumes regorgent en effet de vitamines et de fibres, davantage que leur chair.

 

Quelles épluchures se consomment et comment ?

Toutes ou presque ! Voici quelques exemples.

  • Les épluchures de tubercules (pommes de terre, vitelottes, betteraves, carottes…) mais aussi celles de courgettes ou d’aubergines, sont idéales pour réaliser des chips aux jolies couleurs. Les légumes, bio de préférence (car leur peau, sinon, regorge aussi de pesticides !), doivent être bien brossés avant d’être épluchés. Il suffit ensuite de couper les épluchures en forme de chips, de les badigeonner d’huile d’olive, de les épicer ou pas, et de les passer au four, sur une feuille de papier sulfurisé, pendant 10 à 15 minutes à 200 degrés. Et ça marche aussi avec les épluchures de pomme et de poire pour accompagner une boule de glace.
  • Les fanes (de carottes, de radis, de navets, de poireaux…) font d’excellentes soupes. Celles de radis peuvent aussi se cuisiner tout simplement à la poêle, avec une noix de beurre, à feu doux jusqu’à ce qu’elles deviennent fondantes… et délicieuses ! Le site Femme Plus propose une dizaine de recettes un peu plus sophistiquées de quiche, beignets, rizotto, soupes et veloutés . Mais on peut aussi les cuire à la vapeur et les incorporer aux béchamels des gratins.
  • Les cosses de petits pois peuvent être cuite à l’eau et mixée en purée avec des pommes de terre, ou encore être poêlées, avec des tomates ou du vinaigre balsamique. Elles conviennent aussi pour réaliser des soupes ou des veloutés, avec de la menthe par exemple.

 

Côté fruits, on recycle 

La peau des agrumes se consomment en zeste, comme assaisonnement dans les risottos, les terrines, les papillotes de poisson ou les ragoûts. Mais pas seulement : elle peut aussi être confite, comme nous l’explique le site Jujube en cuisine : https://www.jujube-en-cuisine.fr/ecorces-doranges-confites/.

  • L’écorce des melons ou pastèques peut également être confite ou encore transformée en confiture, et cette fois c’est Femme Actuelle qui nous guide.
  • Même la peau de banane peut-être recyclée ! La preuve, cette recette de cake de Chef Simon, qui blogue pour LeMonde.fr

 

Catherine Terrand

 

Ideal meal | , , , , | Commentaires fermés