logo

MENU
mars 2018

Ideal Green ou comment Edenred s’engage dans l’économie circulaire

economie-circulaire

Penser autrement et faire évoluer ses pratiques et celles de l’ensemble de ses parties prenantes au profit de l’environnement : tel est l’objectif poursuivi par Edenred à travers le pilier « Green » de sa politique RSE.

Améliorer le cycle de vie des produits

De l’impression jusqu’à la collecte, l’intégralité des titres papier des solutions Edenred (Ticket Restaurant®, Ticket Service®, Ticket Kadéos® et Ticket CESU) suit un cycle vertueux :

  • les titres sont fabriqués en papier certifié FSC Recyclé* (avec 100 % de matières recyclées) ;
  • ils sont fabriqués en France par Edenred et labellisés Origine France Garantie depuis 2015
  • après utilisation, 100 % des titres sont recyclés. Il en va de même de tous les déchets de production, des brochures et des cartons d’emballage.

En 2016, le passage au papier recyclé aura ainsi permis non seulement d’éviter l’abattage de 6 800 arbres, mais aussi d’économiser 140 tonnes de papier, 1 002 000 kWh d’énergie et 21 650 000 litres d’eau. Dans la continuité de ces actions, la carte Ticket Restaurant® a été conçue et déployée dans le cadre d’une démarche d’économie circulaire. Composée à 98,4 % de plastique et à 1,6 % de métaux, la carte voit la totalité de ses matériaux revalorisés. Pour cela, Edenred implique l’ensemble des utilisateurs de la carte dans la mise en place d’un nouvel éco-geste : le renvoi des cartes arrivées à échéance pour permettre leur recyclage. Assuré en France par Bigarren Bizi, celui-ci ne nécessite aucune intervention chimique. Un dispositif unique et innovant qui a été primé en 2016.
Pour comprendre et comparer l’impact environnemental des deux types de support (papier et carte), Edenred France a mené en décembre 2016 une analyse du cycle de vie (ACV) de ses produits. Il en ressort que la comparaison est globalement favorable à la carte Ticket Restaurant® par rapport aux titres papier.

Sensibiliser à l’économie circulaire et à l’usage raisonné des ressources

Parallèlement à ce volet industriel, Edenred sensibilise ses parties prenantes pour les inciter à agir de façon « green » et responsable, à travers deux approches complémentaires : la mobilisation des collaborateurs et la mise en œuvre de projets transverses.
Pour cela, Edenred s’appuie notamment sur l’Ideal Green Day, un rendez-vous annuel pendant lequel les collaborateurs sont sensibilisés aux problématiques environnementales. Dans ce cadre, a été organisé en 2016 le premier forum de l’économie circulaire.

Par ailleurs, Edenred met tout en œuvre pour faciliter en son sein les éco-gestes au quotidien, grâce à des partenariats avec des acteurs tels que AFB, Lemontri et Les Bouchons de l’espoir, pour offrir une deuxième vie aux déchets de vie de bureau.
Proposé par la Direction des services informatiques d’Edenred, le projet FBI (« Faites bonne impression ») met à disposition de chaque collaborateur un tableau de bord de sa consommation de papier pour les impressions, de manière à les sensibiliser sur leur impact environnemental.
Au-delà de ses collaborateurs, Edenred a à cœur de sensibiliser l’ensemble de ses parties prenantes aux enjeux environnementaux à travers des projets menés avec Reforest’Action, qui permettent le reboisement de parcelles de forêts.

* La certification Forest Stewardship Council® (FSC) garantit une gestion forestière écologiquement appropriée, socialement bénéfique et économiquement viable.

Ideal green | , , , , , | Commentaires fermés

Bien-être au travail : Edenred s’engage

Bien-être et solidarité au travail : Edenred s’engage

Bien-être et solidarité au travail : Edenred s’engage


41 % des salariés estiment que la qualité de vie au travail est un des éléments les plus importants dans la vie en entreprise. Conscient de cela, Edenred s’implique pour favoriser le bien-être au travail et faciliter l’implication solidaire de ses salariés à travers le pilier « Ideal Care » de sa politique RSE.

Favoriser le bien-être au travail :

A travers une politique RH engagée, Edenred met en place des dispositifs innovants en faveur du développement des compétences au sein de l’entreprise, de l’égalité des chances et de l’amélioration de l’environnement de travail.

Des espaces :

Edenred propose d’abord des espaces de travail pensés pour « travailler autrement », mettre en œuvre des nouvelles pratiques collaboratives, ou tout simplement se sentir bien : un forum, grand espace modulable dédié à l’organisation d’événements ou de réunions impromptues ; l’Eden Room, espace collaboratif et inspirant ; mais aussi un coin nature, des salles de silence, des « walking desks »…

Des moments dédiés :

Des semaines « BEE Redy » consacrées au bien-être permettent aux collaborateurs d’expérimenter des pratiques et des astuces simples et bénéfiques pour la santé et le bien-être en général, sur un thème précis tel que le sommeil, la luminothérapie, etc.

Un accompagnement de chaque collaborateur :

En matière de formation, une plateforme d’apprentissage à distance a été déployée. Celle-ci permet de constituer des parcours individualisés et d’offrir un apprentissage adapté au rythme et aux besoins de chacun. En outre, les managers sont spécifiquement accompagnés dans le développement de leurs compétences à travers notamment un forum qui leur permet d’échanger avec leurs pairs et de faire évoluer leurs pratiques managériales.

Faciliter l’implication solidaire :

Edenred offre à ses salariés la possibilité d’agir dans le cadre de partenariats solidaires et de temps de mobilisation dédiés.
Dans le cadre de l’engagement d’Edenred aux côtés de Planète Urgence, 11 collaborateurs ont ainsi pu partir en Congé Solidaire®. Par ailleurs, 450 salariés ont été formés aux gestes qui sauvent lors d’une opération appelée « Yes We Care ».
Lors des journées internationales de la solidarité, les collaborateurs sont invités à faire des dons de biens pour contribuer aux maraudes de la Croix-Rouge. Bien sûr, tout au long de l’année, les collaborateurs peuvent offrir leurs titres Ticket-Restaurant® à la Croix-Rouge française dans le cadre de l’opération « Restaurons la solidarité ».

Ideal care | , , , | Commentaires fermés

Le kéfir de fruits : une potion magique, basée sur le don

 

Le kéfir de fruits : une potion magique, basée sur le don

Le kéfir de fruits : une potion magique, basée sur le don

 

Le kéfir de fruits est une boisson pétillante, très légèrement alcoolisée (1°), bourrée d’oligo-élément, d’enzymes et de bonnes bactéries. Les grains qui permettent sa fabrication auraient été découverts à la fin du 19ième siècle, dans l’eau d’un figuier de Barbarie mexicain. Peut-être. Ce qui est sûr, c’est que ce kéfir est parvenu jusqu’à nous, grâce à la transmission de sa recette entre générations et aussi grâce à la transmission gratuite entre voisins et amis, des grains translucides qui permettent sa fabrication.

Il y a donc aussi autour du kéfir de fruits une aura d’altruisme qui fait tout autant de bien que la boisson elle-même.

 

Une potion magique pour nos intestins et contre la fatigue

Nous seulement cette boisson est délicieuse, mais elle est aussi excellente pour notre santé.

Son nom vient du mot turc « keif », qui signifie « source de bien-être ». Sa richesse en probiotique lui donne la capacité de réensemencer naturellement notre flore intestinale et de rééquilibrer notre microbiote. Le kéfir de fruits est donc excellent pour la digestion, pour renforcer notre système immunitaire et pour éliminer par drainage les toxines de notre organisme. Riche aussi en vitamines et oligo-éléments, il aide à lutter contre la fatigue, les anémies et les carences en acide folique (B9). Il serait bon aussi pour prévenir les maladies, cardiovasculaires et certains cancers.

 

Pas de kéfir sans grains et sans principe de gratuité!

Avant de se lancer dans la confection maison de cette potion magique, il faut se procurer des grains de kéfir. Or ceux-ci ne sont pas vendus dans le commerce, mais donnés gratuitement via des réseaux. Les magasins bio sont parfois en contact avec des donneurs. Il existe également un annuaire spécifiques pour se mettre en contact avec des donneurs près de chez soi.

Notre époque étant mercantile, on peut trouver dans le commerce et jusque sur Amazon de la poudre de kéfir de fruits censée remplacer les grains : mais résultat n’aura rien à voir.

 

Une recette toute simple

Préparer du kéfir de fruits à la maison est ensuite fort simple.

Dans un récipient en verre de plus d’un litre, doté d’un large goulot, on verse un litre d’eau de source. Puis on ajoute :

  • 1 ou 2 fruits secs (figues, pour le kéfir traditionnel, ou pourquoi pas abricots, mangues, raisins, ananas, baies de cranberry…)
  • 2 cuillères à soupe de sucre le moins raffiné possible (idéalement du sucre complet de canne bio, pourquoi pas équitable), une rondelle de citron bio (ou d’orange, ou de pamplemousse).
  • 2 cuillères à soupe de grains de kéfir de fruits.

 

On recouvre le récipient d’un torchon (surtout on le ferme pas hermétiquement avec un couvercle) et on  laisse  fermenter de 24 à 48 heures, à température ambiante et à l’abri de la lumière. Le kéfir est prêt lorsque les fruits remontent à la surface.

 

Une boisson vivante à consommer à l’envie

Il suffit ensuite de filtrer la préparation dans une passoire et de la mettre dans une bouteille. Attention à bien récupérer les grains, qui seront conservés au frigo, dans un petit pot en verre fermé d’un couvercle, avec de l’eau source un peu sucrée, à changer tous les 15 jours. Ils restent ainsi prêts à être réutilisés et peuvent même se reproduire. Car le kéfir est vivant.

Le kéfir de fruits se boit à tout moment de la journée, dès qu’on en a envie. Au tout début de sa fermentation il est un peu laxatif, ensuite il devient probiotique. Il est préférable de le boire dans la semaine qui suit sa préparation.

 

Kéfir de fruits et kéfir de lait, même principe

Il existe également du kéfir de lait, beaucoup plus connu, car consommé couramment dans les pays de l’est. Son origine remonte à 2000 ans et son principe est le même : les grains toutefois sont spécifiques et eau et fruits secs sont alors remplacés par du lait. Mais le goût, acide, est bien moins agréable que celui du kéfir de fruits.

 

Catherine Terrand

 

Ideal meal | , , , , | Commentaires fermés

5 cocktails antifatigues, pour terminer l’hiver en forme

 

5 cocktails antifatigues, pour terminer l’hiver en forme

5 cocktails antifatigues, pour terminer l’hiver en forme

 

Des jours plus courts, un ensoleillement moindre, des températures basses, des épidémies qui s’enchaînent… l’hiver est une saison difficile pour notre organisme. Pour lutter contre le froid, mais aussi contre virus et bactéries, notre système immunitaire est mis à rude épreuve et se fragilise au fil des semaines. Il est alors fréquent de ressentir une fatigue dite hivernale, pouvant s’aggraver en dépression saisonnière pour 3 à 5% d’entre nous, selon Le Monde.

Pour doper notre système immunitaire et lutter contre cette fatigue qui s’accumule depuis le début de l’hiver, voici 5 recettes de cocktails, à consommer du matin au soir. Leur principe commun ? Miser sur des fruits et légumes de saison ou sur des épices, riches en vitamines, en sels minéraux  et en oligo-éléments.

 

  1. Cocktail orange, œuf et miel : un mélange détonnant pour démarrer du bon pied

Ingrédients : 2 oranges pressées, un jaune d’œuf cru, une cuillère à café de miel et une cuillère à café de jus de citron. Le tout mélangé dans un grand verre, à boire au petit-déjeuner.

Ce cocktail donne du tonus pour toute la journée : la vitamine C des oranges aide à lutter contre la fatigue mais aussi le froid ; le jaune d’œuf apporte du fer et de nombreuses vitamines (A, B2, B8, B12, D, E et K) ; le miel cumule des vertus qui ne sont plus à démontrer ; et le citron ajoute ses qualités antioxydantes et antiseptiques.

Attention : il s’agit bien d’un cocktail du matin, qui bu le soir peut nuire à l’endormissement.

 

  1. Cocktail agrumes, carottes : le survitaminé

A boire également le matin, car assez excitant, ce cocktail contient plus de 2 fois l’apport journalier recommandé en vitamine C. Ingrédients pour 2 personnes, à mixer jusqu’à disparition des petits bouts de carottes : 2 oranges, 4 clémentines, 1 citron, 1 carotte.

Pour ceux qui aiment l’amertume du pamplemousse, un beau spécimen rose peut remplacer les 2 oranges. Et bien sûr d’autres variantes sont possibles, avec tous les agrumes mûrs à point en cette saison.

 

  1. Smoothie vert, épinard, persil, pomme, kiwi : contre le coup de barre de midi

Ce cocktail-là peut-aussi être bu au petit déjeuner, mais le mieux est de le réserver pour le coup de barre de la mi-journée. On le prépare chez soi, avec un blender, et on l’emporte au bureau dans une thermos, pour le garder à l’abri de la lumière jusqu’au déjeuner.

Ingrédients à mixer ensemble pendant 2 minutes : une poignée d’épinards frais bio, une branche de persil frais bio, 2 pommes en quartier (on peut garder la peau si elles sont bio), 2 kiwis épluchés, le jus d’un citron.

 

  1. Cocktail d’épices : un petit coup de fouet à l’heure du thé

Mieux qu’un chocolat chaud ou qu’un thé, à l’heure du goûter, ce cocktail mise sur les propriétés des épices pour nous requinquer.

Ingrédients pour 2 personnes : 250 ml d’eau ; 250 ml de lait d’amande ; Une cuillère à café de cannelle en poudre, riche en antioxydants et antibactériennes ; Une demi cuillère à café de gingembre en poudre, tonifiant et anti-inflammatoire ; 2 clous de girofle, aux propriétés antiseptiques ; Et enfin, une demi cuillère à café de thym, qui stimule le système immunitaire et favorise la digestion.  On porte eau et lait d’amande à ébullition. Puis hors du feu, on laisse infuser 10 minutes, les épices et le thym.

 

  1. Soupe antifatigue du soir : tous les bienfaits du chou kale et du curcuma

La chou kale ou chou frisé est une variété ancienne qui doit ses supers pouvoirs à sa richesse exceptionnelle en potassium (491 mg au 100 gr), en vitamines A, C et K, en calcium (plus que le lait de vache), en protéines, en fibres, en antioxydants et en oméga-3 et -6. Rien que ça !

Ingrédients pour 3 ou 4 personnes : les feuilles d’un demi chou kale,  1 oignon, 8 belles carottes, 1 cube de bouillon de légumes, 1 cuillerée à soupe de sirop d’agave (elle permet de compenser l’amertume du kale), 1 demi cuillère à café de curcuma (anti-inflammatoire et bon pour la digestion), le jus d’une orange pressé, 3 cuillères à soupe de lait de coco. Après avoir fait revenir l’oignon émincé dans un peu d’huile d’olive, on ajoute le cube de bouillon et ¾ de litre d’eau. A ébullition, on ajoute les carottes en rondelles, les feuilles de kale en lamelles et le sirop d’agave. On laisse cuire à petits bouillons jusqu’à ce que les carottes soient tendres. Hors du feu, on ajoute le jus d’orange, le curcuma et le lait de coco, puis on passe au mixer. Cette soupe peut faire office de plat du soir.

 

Catherine Terrand

 

Ideal meal | , , , , | Commentaires fermés

Chez Edenred, l’idéal est dans le Meal

Ideal Meal - Edenred France

Cours de cuisine Ideal Meal day – 16 Octobre 2014

L’ambition d’Edenred à travers Ideal Meal, le pilier « alimentation » de sa politique RSE, est de rendre accessible au plus grand nombre une alimentation saine et responsable.

Les enjeux de l’alimentation sont au cœur du métier d’Edenred, à travers notamment Ticket Restaurant®, une solution qui aide depuis 1963 les salariés à prendre un repas au cours de leur journée de travail.
Sachant que, selon l’Organisation mondiale de la santé, près de 15 % de la population française ne mange pas à sa faim ou fréquente les associations d’aide alimentaire et que, d’autre part, l’obésité est le 5e facteur de risque de décès en France, Edenred tient à promouvoir à travers son programme Ideal Meal les pratiques d’une alimentation saine et responsable, accessible à tous.

ideal_meal2

Assurer l’accès à l’alimentation au plus grand nombre

A travers l’opération « Restaurons la solidarité », Edenred France finance les actions d’aide alimentaire de la Croix-Rouge au moyen du don de titres-restaurant papier et dématérialisés. Le principe est simple : chaque euro donné représente un repas complet distribué à une personne en situation de fragilité. 3,5 millions d’euros ont ainsi été collectés depuis 2002.

restauron_solidariteRSE

Par ailleurs, le chèque d’accompagnement personnalisé (CAP) Ticket Service permet à des collectivités et des entreprises de soutenir des personnes en difficulté en assurant la couverture de leurs besoins essentiels tels que l’alimentation, l’habillement et l’énergie. Edenred France met à disposition des utilisateurs des supports d’information présentant les bonnes pratiques pour manger équilibré ou réaliser des économies d’énergie.

Transmettre les clés d’une alimentation équilibrée

Initié en 2009 par Edenred, FOOD (Fighting Obesity through Offer and Demand) est un programme européen qui s’adresse aux restaurateurs pour les inciter à proposer et à promouvoir une alimentation équilibrée, notamment auprès des salariés. Dans le cadre de ce programme, un baromètre répertorie chaque année les bonnes pratiques et astuces des restaurateurs pour améliorer l’équilibre de leurs menus. En outre, chaque année, tous les collaborateurs d’Edenred sont appelés à se mobiliser autour de cet objectif lors de la journée mondiale de l’alimentation, le 16 octobre.

Promouvoir les clés d’une alimentation responsable

 Forum de l’alimentation responsable 2016. Au-delà du contenu de nos assiettes, Edenred a conscience de l’impact de notre alimentation sur notre santé et sur l’environnement. Adopter une alimentation responsable, c’est lutter contre le gaspillage alimentaire, privilégier les circuits courts et choisir des produits de saison, si possible bio.Dans cette optique, Edenred a organisé en 2016 un forum de l’alimentation responsable afin de sensibiliser ses collaborateurs et ses parties prenantes en mettant à l’honneur des initiatives de partenaires et de clients.

Ideal meal | , , , , , , | Commentaires fermés

La soupe : les français l’aiment et elle le leur rend bien !

La soupe : les français l’aiment et elle le leur rend bien !

La soupe : les français l’aiment et elle le leur rend bien !

 

La soupe de légumes est bourrée de vertus, dont les français, grands consommateurs, peuvent profiter pleinement… à condition de respecter certaines règles.

« La nation française est une nation soupière, » aurait décrété un certain prince-évêque de Passau au Prince de Condé, en 1789, selon les mémoires du célèbre Alexandre Dumas. Nation soupière, nous ? Oui, confirme le site Planètoscope qui s’amuse à suivre notre consommation de soupe en temps réel. Une consommation dépassant les 146 000 tonnes par an, soit plus de 4 milliards d’assiettes ! Et c’est tant mieux, car, bourrée de vertus, la soupe agit pour notre santé.

 

Vertu n°1 : sa pauvreté en calories

La soupe de légumes basique, sans ajout de fromage, de crème ou de lardons, n’apporte que 20 calories pour 100 ml, soit 50 calories pour un bol de 250 ml. Elle est donc une alliée pour les personnes qui souhaitent perdre du poids ou conserver leur poids de forme.

 

Vertu n°2 : elle rassasie vite

En plus d’être faiblement calorique, la soupe a un effet rassasiant, grâce à son association eau plus fibres. Et une soupe où les légumes sont laissés en petits morceaux, comme dans le délicieux minestrone italien, ou moulinés doucement avec un moulin à légumes manuel, l’est encore davantage : en effet, mixer les légumes casse leurs fibres. Le fait de commencer par une soupe permet de manger moins sans se forcer.

 

Vertu n°3 : elle favorise la digestion

Toujours à cause de ses fibres : ces dernières facilitent notre transit intestinal. Parce qu’elle se digère bien, la soupe constitue un repas du soir idéal, qui n’entrave pas le sommeil comme le font les plats trop riches.

 

Vertu n°4 : c’est une source de vitamines et de minéraux

La soupe est un bon moyen de faire le plein de légumes riches en vitamines  et en minéraux. Carotte, fenouil, céleri, asperge, navet pour la vitamine A ; Brocolis, épinard, salades, petits pois et tous les légumes verts pour la B ; Pomme de terre pour la C… Côtés minéraux, poireau pour l’iode, pomme de terre pour le soufre, épinard pour le fluor, légumes verts pour le lithium…

 

Vertu n°5 : la soupe contribue à hydrater notre organisme                          

La soupe est à la fois un plat et une boisson : elle favorise l’hydratation de notre corps. Or en hiver, nous ressentons moins le besoin de boire : une bonne soupe remplace deux bons verres d’eau. Elle est idéale pour toutes les personnes présentant un risque de déshydratation : les personnes âgées comme celles atteintes d’une bonne fièvre lors d’une maladie hivernale.

 

Vertu n°6 : elle réduit nos risques de maladies cardiovasculaires et de cancer

Sa richesse en légumes fait de la soupe un aliment protecteur, mais certaines recettes plus encore que d’autres. Par exemple, celle de la blogueuse Marie Kelenn mais aussi celles plébiscitées par la Fondation belge contre le cancer .

 

Vertu n°7 : la soupe est une militante écolo

Tous ceux qui optent pour les soupes « maison », fortement recommandées pour bénéficier des vertus ci-dessus, on là une bonne occasion pour recycler leurs épluchures des légumes ou les fanes (carottes, radis…) particulièrement riches en fer. Bien nettoyées, elles sont en sus particulièrement goûteuses et concentrent d’avantage de nutriments.

 

Vertu n°8 : elle se renouvelle sans cesse et booste notre imagination

Il existe des centaines de recettes de soupes différentes et la recette de base est si simple que l’on peut inventer soi-même une nouvelle soupe chaque soir. Petits conseils à mémoriser : pour garder les nutriments le plus intact possible, préférer des légumes frais, les éplucher et les couper au dernier moment et ne pas les cuire trop longtemps.

En manque d’imagination ? Voici quelques sites bourrés d’idée, depuis les recettes pour débutants jusqu’aux plus sophistiquées du Chef Simon.

 

Le bémol : attention aux soupes toutes faites, en brique ou en sachet !

Les soupes industrielles, vendues en brique ou en sachet sous forme déshydratée, sont à consommer avec modération. Elles contiennent des conservateurs et des additifs dont notre organisme n’a pas besoin et bien souvent plus de sel que nécessaire. Leurs recettes intègrent aussi parfois des ingrédients autres que les légumes, souvent très caloriques comme de la crème fraîche ou du fromage. Bref, elles cessent d’être vertueuses. Mais si vraiment le manque de temps oblige à opter pour du tout fait, cela ne doit pas dispenser de prendre celui de bien lire les étiquettes !

 

Catherine Terrand

 

Ideal meal | , , , , | Commentaires fermés

Manger des fleurs : une idée tendance, bonne pour la santé

Manger des fleurs : une idée tendance, bonne pour la santé

Manger des fleurs : une idée tendance, bonne pour la santé

 

Dès l’antiquité et plus encore au Moyen-Age, comme le raconte le site Cuisine à la française les fleurs étaient largement au menu de nos ancêtres.  Mais l’industrie agroalimentaire passant par-là, nous les avons oubliées. Aujourd’hui, soucieux de toujours plus de créativité mais aussi conscients des envies de bien-être des gastronomes, nombre de grands chefs cuisiniers leur donne une nouvelle chance et pas seulement pour la déco.

Une chance aussi pour nos papilles, car si les fleurs exhalent un parfum, elles rivalisent aussi dans leurs saveurs : poivrée pour la capucine ou iodée pour la bourrache, par exemple.

 

Quelles fleurs peut-on manger ?

Il existe près de 200 fleurs comestibles, mais seule une cinquantaine serait intéressante d’un point de vue gustatif. Le site Sain et naturel en recommande 42  : . Les plus populaires sont les fleurs de pissenlit, que nos grands-mères ajoutaient déjà à leur salade, et les fleurs de courgettes cuites en beignets. Moins courues, rose, violette, capucine, coquelicot, primevère, pâquerette, camomille, mimosa, lilas, bégonia, glycine, camélia, chrysanthème ont aussi leur mot à dire dans nos assiettes… en langage de fleur.

 

On les achète ou on les cueille ?

Règle numéro un : on ne les achète surtout pas chez le fleuriste, car elles sont traitées pour durer. Quelques maraichers ou primeurs bio proposent des fleurs comestibles, mais on peut tout aussi bien les cueillir fraîches dans les champs que l’on sait sans pesticides, loin des activités humaines polluantes, ou dans nos jardins. On peut d’ailleurs les cultiver exprès en suivant notamment les conseils avisées de Rustica, qui propose aussi quelques recettes.

 

Comment les déguster ?

Pour les consommer, la simplicité est le mot d’ordre. Il suffit de couper les tiges, puis de retirer le pistil ou les étamines avec une pince à épiler, si besoin. On évite de les rincer à grande eau sous peine de perdre leur arôme. Les fleurs sont délicates, il faut les traiter avec délicatesse.

  • Crues, elles peuvent accommoder de nombreux plats salés : les fleurs de pissenlit par exemple se marient très bien avec des œufs pochés et des lardons, les primevères avec les coquillages, la capucine avec le rôti de bœuf froid. Pour une tartine gourmande, on peut mélanger des fleurs de thym fraîches avec du chèvre frais.
  • On peut aussi enrober les fleurs d’une fine pâte (qu’il n’est pas nécessaire d’épicer ni de parfumer) et les frire : ce mode de cuisson est idéal pour les fleurs de courgettes, de courge, de chou-fleur ou d’acacia.
  • Cuites 2 minutes à la vapeur, les fleurs de bourrache, de capucine ou de thym rehaussent agréablement de leur saveur les filets de poisson blanc.
  • Les fleurs de tilleul, de camomille, de lavande et les roses, se prêtent parfaitement aux infusions. Infusions à déguster telles quelles, ou à utiliser pour pocher des fruits ou préparer des sirops de salade de fruits.
  • Un peu plus compliquées (4 heures sont nécessaires selon Marmiton : les fleurs de violettes cristallisées deviennent de délicieux bonbons. Ces derniers apportent une touche sympa aux salades d’agrume.
  • Et certaines fleurs donnent de délicieuses confitures, comme le pissenlit, la violette ou la rose, comme l’explique Cuisine de A à Z
  • A noter aussi, la toute simple et originale omelette aux capucines dont Chef Simon donne la recette sur son blog , édité par le Monde.fr.

 

Bonnes pour la santé mais parfois aussi toxiques !

Les fleurs en cuisine ne sont pas seulement un atout pour la créativité, mais aussi pour notre santé, grâce à leurs bienfaits thérapeutiques. Elles sont toutes riches en minéraux, en oligo-éléments et en antioxydants, mais chacune à ses  points forts : la pensée par exemple aide à mieux digérer, la mauve à soigner les troubles ORL, le sureau à des propriétés drainante, la bourrache est bourrée de vitamines A, B, C et E, et d’acides gras efficaces pour la protection du système cardio-vasculaire.

Attention toutefois à ne pas servir de fleurs aux personnes allergiques au pollen. Et afin d’éviter toute intoxication, il faut évidemment être sûr de l’identité des fleurs que l’on a cueillies pour les cuisiner, car certaines sont toxiques, voir mortelles, comme les aconits ou les belladones. Au moindre doute il est donc préférable de s’abstenir.

 

Catherine Terrand

 

Ideal meal | , , , , | Commentaires fermés