logo

MENU
Ideal meal

Les bonnes matières grasses : où les trouver ?

 

Les bonnes matières grasses : où les trouver ?

Les bonnes matières grasses : où les trouver ?

 

Bannies de nombreux régimes car considérées, de juste, comme responsables de l’obésité et des maladies cardiovasculaires, les graisses sont pourtant indispensables à notre organisme.

 

Deux raisons majeures de manger des matières grasses

Nos membranes cellulaires, dont celles de nos neurones, sont constituées majoritairement de lipides. Une carence peut nuire à la bonne fonction de nos cellules, qui véhiculent dans notre sang certaines protéines, les vitamines et les hormones.

Les antioxydants de type caroténoïdes ne sont solubles que dans les matières grasses. Ils sont présents dans les fruits et légumes à peau ou chair orange ou rouge : carottes, potirons, melons, pêches, tomates… Pour les assimiler et profiter de leurs bienfaits – protection de la peau et des tissus contre les UV, le tabac et le vieillissement – il faut les associer à des lipides.  C’est encore plus indispensable pour le bêta-carotène, que l’organisme transforme en vitamine A, essentielle à la croissance et au développement des cellules, à la vision et au système immunitaire.

 

Bien choisir ses matières grasses

Cela ne veut pas dire toutefois qu’il faille consommer n’importe quelle matière grasse, car certaines sont bien meilleures que d’autres. Voici où les trouver :

  • Dans l’avocat : Ses lipides sont surtout des acides gras mono-insaturés, principalement de l’acide oléique (oméga-9), qui n’encrassent pas les artères et qui participent au bon fonctionnement cardiovasculaire.
  • Dans les huiles d’olive ou de colza première pression : Même bienfaits que l’avocat. De plus, une cuillère à soupe par jour de ces huiles, sur une belle salade de jeunes pousses par exemple, suffit à couvrir la moitié de nos besoins quotidiens en oméga-3 anti-inflammatoire.
  • Dans le lait : C’est la meilleure source en calcium qui soit. Or le déficit en calcium se traduit par une plus grande accumulation des graisses corporelles et un appétit mal maîtrisé. D’autres produits laitiers sont sources de calcium, mais celui du lait assure une métabolisation des graisses plus rapide que les autres. Il a donc aussi un rôle brûle-graisse.
  • Dans les sardines et les maquereaux : Pour leurs oméga-3, mais aussi pour leur richesse en vitamine B et D, en sélénium, en phosphore et en iode. Ces poissons excellent pour la santé des dents et des os, et pour prévenir la dépression, l’ostéoporose et certains cancers.
  • Dans les noix, les noisettes et les amandes : Idéales pour les fringales entre deux repas, elles sont riches en oméga-3 (5 belles noix ou 10 noisettes et amandes comblent notre besoin quotidien), et contiennent aussi de la vitamine E, du magnésium, des fibres et des antioxydants.
  • Dans les graines de lin : Un vrai cocktail de vitamines (B, C, E et K) et d’antioxydants, qui stimule la coagulation sanguine, améliore le transit et prévient le diabète de type-2. A parsemer dans les pâtes à pain ou sur les salades de crudités.

 

Catherine Terrand

Ideal meal | , , , , | Ajouter un commentaire

Congeler ses aliments : le bon, le mauvais, le vrai et le faux !

 

Congeler ses aliments : le bon, le mauvais, le vrai et le faux

Congeler ses aliments : le bon, le mauvais, le vrai et le faux

 

Congeler soi-même ses aliments offre deux grands avantages : limiter le gaspillage alimentaire et aussi, avoir le plaisir de cuisiner des petits plats quand on a du temps devant soi ou au moment où les ingrédients sont de saison.

De plus, les aliments congelés sont plutôt bons pour la santé, puisqu’ils gardent une teneur en nutriments très proche des aliments frais. Seule la vitamine C contenue dans les fruits et légumes subit une perte de 15 à 20 %, identique toutefois à celle mesurée dans les jours qui suivent leur récolte.

 

La congélation « maison » doit toutefois suivre quelques règles :

  • Pour les fruits et légumes crus : les congeler bien frais, le plus vite possible après récolte mais à maturité. Et bien les laver.
  • Dater les sacs d’aliments congelés pour bien gérer leur rotation et ne pas les garder trop longtemps. Côté cru : 3 à 4 mois pour les poissons, 12 mois pour la plupart des fruits et des légumes, 6 mois pour le steak haché, le poulet en morceaux ou le porc, 12 mois pour les autres viandes. Côté cuit : un à 2 mois pour le pain ou les viennoiseries, 2 mois pour les restes de plats cuisinés « maison ».
  • Eviter de congeler des aliments dont la texture peut être modifiée désagréablement. Par exemple : les légumes et fruits avec une forte teneur en eau (melon, tomates….), les fromages frais et à pâte molle, les pommes de terre cuites, la mayonnaise, la crème pâtissière, les œufs cuits et les aliments frits.
  • Ne jamais congeler un aliment laissé à température ambiante ou qui pourrait avoir été mis en contact avec bactéries.
  • Ne jamais recongeler un aliment qui vient d’être décongeler, sauf à l’avoir recuit ou cuisiné entretemps.

 

Citron congelé : débrouiller le vrai du faux !

Nombre d’articles ont mis en avant  les avantages du citron congelé. Certains, pragmatiques, expliquent que cette astuce de cuisinier permet de le râper en entier, sans l’éplucher et sans rien perdre. Les plats sur lesquels ce citron râpé est saupoudré gagnent une subtile saveur. Par ailleurs, cela permet de bénéficier de toute la vitamine C du fruit. Le zeste en effet en contient 5 à 10 fois plus que le jus. A condition toutefois que le citron soit bio, sinon le zeste est un concentré de pesticides.

D’autres articles, plus fantaisistes, et sans études scientifiques sérieuses à l’appui, affirment que le citron congelé râpé peut remplacer avantageusement une chimiothérapie pour certains cancers. Sans doute faut-il se garder de les prendre au pied de la lettre !

 

Catherine Terrand

 

Ideal meal | , , , , | Ajouter un commentaire

En prenant de l’âge, il ne faut pas manger moins, mais mieux

En prenant de l’âge, il ne faut pas manger moins, mais mieux

En prenant de l’âge, il ne faut pas manger moins, mais mieux

 

Nous sommes nombreux à observer qu’en prenant de l’âge, nous prenons du poids. De là à décider de réduire ses apports alimentaires, voire de suivre des régimes amincissants drastiques, il n’y a qu’un pas vite franchi… au grand damne des nutritionnistes.

En effet, des études ont démontrés qu’à activité physique équivalente, les besoins énergétiques augmentent avec l’âge (jusqu’à 20% au-delà de 70 ans), car notre métabolisme assimile moins bien. Notre capacité et donc notre envie de bouger est directement lié à nos apports énergétiques. Les limiter nous pousse à nous sédentariser, cause principale de la prise de poids. En prenant de l’âge, nous ne devons donc pas manger moins, mais manger mieux, pour garder du punch !

 

Comment ? En suivant quelques règles toutes simples :

  • Faire 3 vrais repas par jour, sans en sauter un seul, avec éventuellement un petit goûter en plus.
  • Favoriser la diversité alimentaire et les petits plaisirs, pour stimuler l’appétit et le goût (qui perdent aussi progressivement en intensité) et pour s’assurer un apport suffisant et équilibré en protéines, acides gras, fibres, vitamines et minéraux. Légumes, fruits, légumineuses, céréales, poissons gras, œufs et bonnes matières grasses pour les omega-3 ou viande pour les apports en fer, sont à combiner tous les jours.
  • Augmenter l’apport en protéines pour entretenir notre masse musculaire, qui peut fondre jusqu’à 50% avec le temps. Privilégier les protéines d’origine animale, seul moyen d’obtenir de la vitamine B12. Cet apport doit se faire en début de journée lors du repas de midi en particulier.
  • Boire 1 à 1,5 litre de liquide par jour, même si la sensation de soif diminue avec l’âge : Eau, thé, bouillon de légumes plutôt que sodas, évidemment.
  • Multiplier les sources de calcium pour préserver le capital osseux et le système cardiovasculaire : lait de soja enrichi en calcium, lait de vache, chèvre ou brebis, ou eaux minérales calciques.

 

Catherine Terrand

 

Ideal meal | , , , , | Ajouter un commentaire

Enfants : prenez un bon départ avec les végétaux !

 

Enfants : prenez un bon départ avec les végétaux

Enfants : prenez un bon départ avec les végétaux

 

Dur, dur de faire apprécier les fruits et légumes frais aux plus petits… Savoureux et riches en nutriments, ils sont pourtant indispensables à leur alimentation. Nos ruses pour les mettre au menu.

 

Un premier contact réussi avec les légumes

La rencontre du petit enfant avec les végétaux a lieu dès les débuts de la diversification alimentaire, lors de l’introduction des premiers légumes cuits (à partir de 4 mois). Très vite, les petites purées élaborées à base de plusieurs légumes (et les compotes multi fruits) stimulent leurs papilles gustatives. C’est l’apprentissage du goût ! Profitez de celui-ci pour manger bio, savoureux et de saison, pour varier les textures et les mélanges.

Les bons mix de l’hiver ? brocolis-panais, courge-patate douce, chou romanesco-céleri… Mixés ou présentés en morceaux, selon l’âge de votre enfant, les légumes de saison peuvent s’agrémenter de fromage frais, d’une pointe de crème fraîche ou de laits végétaux pour adoucir leur goût.

Dès que votre enfant est en âge de saisir les aliments et de les porter lui-même à la bouche (autour de 18 mois), concoctez-lui des frites de légumes : patate douce, carottes, pomme de terre vitelotte à cuire au four (avec un minimum de matières grasses) ou des galettes à base de légumes râpés. Les couleurs, les différentes textures et les goûts des légumes risquent de titiller sa curiosité gustative…

Vous pouvez également lui servir des assiettes customisées ludiques. Comment ? Imaginez un oiseau perché sur sa branche à l’aide d’un pancake personnifié avec des morceaux de fraise et de kiwis, par exemple. Ajoutez une jolie grappe de raisin qui peut faire office de branchage.

Le saviez-vous ? Dans le commerce, vous trouverez des assiettes (spéciales enfants) ornées d’un visage. À vous de l’agrémenter de (faux) cheveux, dents, grains de beauté à l’aide d’asperges, d’haricots verts… Tout est permis.

 

En action avec les végétaux !

Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) recommande de consommer 5 fruits et légumes au quotidien pour être en bonne santé. Dès le plus jeune âge, il est donc primordial de sensibiliser les enfants aux bienfaits de leur consommation.

Pour cela, impliquez-les dans des initiatives concrètes ! Lesquelles ? Si vous disposez d’une parcelle de terrain, lancez-vous dans la création d’un potager. Ensemble, apprenez à sélectionner vos variétés, à les semer, à les cultiver et à les récolter.

Sinon, de nombreuses fermes ouvrent leurs portes pour des cueillettes de fruits et légumes en famille. Il suffit de régler au poids après la récolte. C’est un bon moyen d’apprendre à vos enfants à reconnaître les variétés de fruits et de légumes et de partager avec eux le calendrier des saisons.

Autre option : se mettre aux fourneaux avec ses bambins. Attendez qu’ils soient suffisamment grands (et adroits) pour manier un couteau d’office ou un économe et enseignez-leur l’art de : râper, peler, tailler… Ensemble, réalisez de savoureux farcis, des compotes variées, des salades sucrées-salées et des pâtisseries. Les végétaux n’auront plus de secrets pour eux.

 

Romy Ducoulombier

Ideal meal | , , , , | Ajouter un commentaire

Tendance : la folie buddha bowl

 

Tendance : la folie buddha bowl

Tendance : la folie buddha bowl

 

Graphique et healthy le buddha bowl signe la tendance food du moment. Ce plat « tout-en-un » réunit des aliments équilibrés et des goûts surprenants. À vos fourchettes !

 

Buddha bowl : un plat multi bienfaits

Généralement vegan ou, au moins, végétarien, le buddha bowl associe les vertus de super aliments.

Qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d’un plat unique, présenté dans un bol ou un saladier, composé d’aliments colorés et bons pour la santé.

Grâce à ce format standard, il vise à apporter la juste dose en fibres, protéines, vitamines et minéraux. Complet et rassasiant, le buddha bowl autorise des associations gustatives les plus créatives. Pratique pour découvrir de nouvelles saveurs et renforcer le sentiment de satiété !

Version sucrée, découvrez également l’açaï bowl. Il s’agit d’une préparation à la texture onctueuse réalisée à partir de poudre d’açaï, une petite baie riche en antioxydants, de lait végétal, de fruits rouges frais, de banane et de myrtilles congelées. Présenté avec du granola, généralement, ce bowl permet de faire le plein de vitamines à l’heure du petit-déjeuner.

On s’y met ?

 

Équilibré et top chrono le buddha bowl

La base du buddha bowl ne change pas ! Il se compose de : céréales (quinoa, sarrasin, millet…), légumineuses (lentilles, pois chiches…), légumes crus et/ou cuits, verdure (laitue, épinards crus, chou kale…) sans oublier la vinaigrette et les « toppings » (oléagineux, graines, herbes fraîches, épices…).

Pour préparer votre buddha bowl en un temps record, conservez toujours des céréales et des légumineuses précuites dans votre réfrigérateur. Et renouvelez votre stock de légumes (de préférence bios) régulièrement. Pensez alors aux paniers de saison !

Astuce : pour intégrer le chou kale à votre plat, pensez à attendrir ses feuilles en les massant avec l’huile végétale de votre choix. Enfin, n’oubliez pas de soigner votre vinaigrette. C’est l’atout gourmandise de votre assiette !

 

Nos meilleurs bowls

– Avec un mélange de lentilles-quinoa, ajoutez des graines de grenades, du tofu nature grillé, quelques jeunes pousses d’épinards frais. Saupoudrez de germe de blé en paillettes et agrémentez d’une poignée d’amandes effilées grillées (à sec) à la poêle.

– Avec un mélange sarrasin-riz sauvage, ajoutez un demi avocat, une courgette crue râpée et marinée au citron, quelques feuilles de chou kale. Vous pouvez disperser des fèves et des graines de courges pour enrichir votre bowl.

C’est prêt !

 

Romy Ducoulombier

 

Ideal meal | , , , , | Ajouter un commentaire

Les régimes alimentaires

 

Les régimes alimentaires

Les régimes alimentaires

 

Des régimes alimentaires de genres nouveaux se relaient dans les assiettes. Leur but n’est pas de vous faire perdre du poids mais plutôt d’adopter une alimentation plus saine. Tour d’horizon.

 

Êtes-vous plutôt flexitarien ou crudivore ?

  •  Le flexitarisme : peu de viande, plus de légumes

Dérivé du régime végétarien, le flexitarisme invite à diminuer sa consommation de viande sans la bannir totalement.

« Flexible », comme son nom l’indique, le flexitarisme mise sur une augmentation de la consommation de fruits et de légumes, de céréales et une diminution des apports caloriques.

C’est un modèle alimentaire plus responsable qui ne se refuse pas une belle côte de bœuf à condition que celle-ci soit de qualité ! Oui, pour les flexitariens, l’alimentation doit avant tout rester un plaisir.

 

  • Le crudivorisme : l’alimentation toute crue

Pour la plupart végétariens, les crudivores sont partisans d’une « alimentation vivante » qui préserve l’apport nutritionnel de chaque produit. Manger « raw » ou cru, selon les nationalités, consiste donc à ne pas cuire les ingrédients au-delà de 40°C environ.

Fruits et légumes se dégustent crus ou séchés à basse température tout comme les produits laitiers, la viande et le poisson (pour les non-végétariens). La non transformation des aliments (sauf à froid comme, par exemple, la germination) est également l’un des principes du crudivorisme.

Bon à savoir : il va falloir équiper votre cuisine (déshydrateur alimentaire, extracteur de jus, blender)

 

Le régime paléo : la diète ancestrale

Selon certaines études, notre alimentation actuelle ne serait pas adaptée à nos besoins. Trop de graisses, trop de céréales et de produits transformés…

Le régime paléo (pour paléolithique) recommande d’adopter le même modèle alimentaire que nos ancêtres il y a… 40 000 ans ! Soit : manger beaucoup de végétaux non transformés, pas de céréales ni de légumes secs, des huiles végétales vierges, beaucoup de protéines et pas de produits laitiers. En somme, le régime paléo exclut les aliments apparus au moment de la révolution agricole.

Son bénéfice : il permettrait de lutter contre certaines maladies chroniques.

 

Et le régime vegan ?

Il est toujours en vogue chez les célébrités comme chez les adeptes d’une meilleure hygiène de vie. Il consiste à bannir de son alimentation tout produit d’origine végétale et ses dérivés.

En contrepartie, les besoins en calcium sont pourvus par la consommation de légumes verts (brocolis, choux, persil…). Les légumineuses, les céréales et les oléagineux apportent des protéines tandis que les omégas 3 et les omégas 6 se pêchent dans certaines huiles comme l’huile de colza.

 

Peu importe votre choix, pourvu qu’il vous mène vers une alimentation plus responsable, respectueuse de votre santé et adaptée à votre condition physique.

 

Romy Ducoulombier

 

Ideal meal | , , , , | Ajouter un commentaire

Les laits végétaux si on essayait

 

Les laits végétaux si on essayait

Les laits végétaux si on essayait

 

 

Vous cherchez une alternative au lait de vache ? Misez sur le lait végétal. Riches en nutriments, il en existe de différentes sortes aux goûts variés. Parfait pour cuisiner ou pour trinquer.

 

Laits végétaux : un concentré de bienfaits

Les « boissons lactées végétales » ou laits végétaux sont riches en nutriments (minéraux, vitamines), en textures et en goûts. Elles peuvent être issues de céréales, de légumineuses ou bien d’oléagineux et constituent une alternative savoureuse au lait animal. En effet, les laits végétaux sont des alliés de taille pour les personnes souffrant d’intolérance au lactose ou d’allergies.

Ils s’inscrivent également dans la mouvance des régimes végétariens ou végétaliens de plus en plus suivis. Consommés en boisson, comme ingrédients de vos recettes de crêpes ou de smoothies, on apprécie leurs personnalités et leurs bienfaits.

 

Quels laits végétaux choisir ?

  • Le lait de soja : il est réputé pour sa digestibilité et sa richesse en calcium. Concentré en protéines végétales, il possède un goût relativement neutre. Attention, en revanche à ne pas le consommer en quantités excessives (notamment pour les femmes enceintes) car il peut entraîner un déséquilibre hormonal.
  • Le lait d’amandes : voici un lait nutritif, facile à digérer. En plus c’est un antiseptique naturel pour les intestins ! Il est bien pourvu en : calcium, phosphore, fer et fibres et son goût fin lui vaut toutes les faveurs sucrées.
  • Le lait de riz : quelle douceur ! C’est une bonne source de sucres lents et de silice qui favorise la fixation du calcium et du magnésium sur les os. Dans le commerce, on trouve du lait de riz aromatisé au chocolat ou à la vanille.
  • Le lait de noisette : avis aux gourmands et aux amateurs de chocolats chauds. Voici le lait à privilégier pour vos boissons sucrées. De plus, il est riche en fer, en magnésium et en antioxydants.

Et aussi…

  • Le lait de châtaigne aide à lutter contre les acidités gastriques.
  • Le lait de quinoa est sans gluten et onctueux
  • Le lait d’avoine est pauvre en acides gras saturés mais riche en glucides complexes et en fibres.

 

Faire son lait végétal « maison » ?

C’est la nouvelle tendance qui cartonne ! Pour cela, il suffit de :

  • Faire tremper environ 150 g de noix ou de graines (nature) dans de l’eau (filtrée, si possible) pendant une nuit.
  • Egouttez-les, rincez-les versez-les dans un blender.
  • Ajoutez 75 cl d’eau minérale et mixez. Vous pouvez adapter la quantité d’eau en fonction de la texture que vous souhaitez donner à votre lait.
  • Ensuite, il ne vous reste plus qu’à filtrer votre boisson à l’aide d’une passoire tamis. Le résidu obtenu ou « okara » est riche en fibres et en minéraux. Ne le jetez pas ! Vous pouvez l’ajouter à vos préparations à gâteaux.
  • Une fois votre lait obtenu, conservez-le jusqu’à 3 jours au réfrigérateur dans un récipient en verre hermétique.

Variez les plaisirs et n’hésitez pas à mélanger les ingrédients de base de vos laits.Exemple : noisettes et amandes ou riz et avoine.

 

Romy Ducoulombier

 

Ideal meal | , , , , | Ajouter un commentaire

Le top 5 des livres gourmands de 2017

 

Le top 5 des livres gourmands de 2017

Le top 5 des livres gourmands de 2017

 

Thématiques, alléchants et sains… Voici 5 ouvrages à ranger dans sa bibliothèque culinaire pour passer l’année à se régaler.

 

C’est chou !

Vite, la saison du chou bat son plein. Issu de la famille des crucifères, le chou (qu’il soit kale, romanesco ou de Bruxelles), regorge de bienfaits. Antioxydants, fibres, protéines, vitamine B9 ou potassium… La liste est longue. Le saviez-vous ? Une portion de chou chinois de 300 g fournit autant de calcium qu’un verre de lait.

Découvrez de savoureuses recettes pour cuisiner vos alliés santé en velouté, en jus, en chips, rôtis ou sous forme de pickles. Une mine d’idées !

Le chou, star en cuisine

Le chou, star en cuisine

Le chou, star en cuisine, 60 recettes végétariennes, Delphine Pocard, Terre Vivante, 12 euros

 

De savoureuses recettes vegan

Le régime végétalien exclut la consommation de viande, de poisson, de produits laitiers et d’œufs. En somme, aucun produit issu du monde animal n’est au menu !

Comment cuisiner tout en se faisant plaisir ? La naturopathe et végétalienne Ellen Frémont nous livre le mode d’emploi. Crêpes au froment, petits flans de poivrons rouges, green pizza ou paella aux algues… Voici 100 recettes gourmandes pour adopter la vegan attitude.

Grâce à ses astuces de pro, apprenez à réaliser un beurre, un fromage ou un steak. Cela vous aidera à limiter les carences.

Saveurs vegan

Saveurs vegan

Saveurs Vegan, Ellen Frémont, Ed. Larousse, 24,95 euros

 

Graines à croquer

Dans la catégorie des super aliments, les graines ne sont pas en reste ! Pour twister vos desserts, votre petit-déjeuner, vos salades ou même vos farines… Misez sur leurs bienfaits.

L’auteur(e) élabore des puddings, smoothies et veloutés à base de graines de Chia. Elle se sert des graines de lin pour réaliser de surprenantes panures ou agrémenter une recette de cookies. Et le psyllium ? Il permet d’agrémenter les mélanges de farine maison.

Chia, Lin et Psyllium

Chia, Lin et Psyllium

Chia, Lin et Psyllium, Clémence Catz, Ed. La Plage, 9,43 euros

 

En cuisine avec la Maison Plisson

La désormais célèbre institution alimentaire parisienne, connue pour son magasin et son restaurant, dresse le couvert en images.

Voici 50 recettes inspirées de la revue culinaire « 180°C » pour la Maison Plisson. Poitrine de veau aux rattes du Touquet, filet mignon aux panais ou clémentines rôties au miel… Voici quelques recettes de « bonnes choses à manger ».

Les vraies bonnes choses à manger

Les vraies bonnes choses à manger

Les vraies bonnes choses à manger, Maison Plisson, 180°C, 25 euros

 

70 espèces, 90 recettes

La pêche est bonne ? Bar, merlan, bonite, chinchard, palourde, moule ou tourteau… Se dégustent un à un au fil des saisons.

Vous trouverez 7 grandes familles de recettes dans ce guide illustré pour bien cuisiner les fruits de votre pêche toute l’année.

Cuisiner la mer

Cuisiner la mer

Cuisiner la mer, Gaël Orieux, Jean-Claude Amiel, 45 euros, Ed. de La Martinière

 

Romy Ducoulombier

 

Ideal meal | Ajouter un commentaire

Passez aux céréales complètes !

 

Passez aux céréales complètes !

Passez aux céréales complètes !

 

 

Le riz, la farine, le pain… élaborés à partir du grain entier des céréales, ont des bienfaits. Ils facilitent le transit, la digestion, augmentent l’effet de satiété et protègent des maladies cardiovasculaires. Explications.

 

Céréales complètes VS céréales raffinées

Le saviez-vous ? Une céréale complète (de teinte généralement brune) est composée de 3 parties :

  • le son (l’enveloppe de la graine),
  • l’endosperme (le corps de la graine)
  • le germe (la partie antérieure du grain)

À l’opposé, les céréales raffinées (de couleur blanche), ont perdu leur enveloppe et leur germe pour ne conserver que l’endosperme. Or, l’enveloppe (ou son) et le germe de la graine sont très riches en fibres, en vitamines (B et E) et en minéraux (magnésium, sélénium, zinc…) Ils apportent l’essentiel des éléments nutritifs contenus dans les céréales.

Et si vous passiez au complet ou au semi-complet ?

 

Les bienfaits des céréales complètes

  • Elles facilitent le transit intestinal grâce aux fibres qu’elles contiennent. Il est d’ailleurs recommandé de consommer 25 à 30 g de fibres par jour pour être en bonne santé.
  • Les fibres permettent de diminuer l’absorption du cholestérol. Elles protègent des maladies cardio-vasculaires, des cancers gastro-intestinaux et permettent de lutter contre l’obésité.
  • Les céréales complètes sont rassasiantes. Leur index glycémique (IG) est modéré. L’absorption des glucides est plus lente. Cela permet de lutter contre les fringales.

 

Les céréales complètes au menu

Il est recommandé de consommer au moins 48 g de céréales complètes par jour.

Si vous avez un transit « délicat », vous pouvez commencer par les céréales semi-complètes pour habituer progressivement votre corps à leurs effets. De préférence, optez pour des aliments bio. L’enveloppe du grain des céréales complètes cultivées en agriculture conventionnelle concentre les résidus chimiques.

Attention ! Comment introduire les aliments complets dans l’alimentation ? Par exemple, préférez une farine de blé complète à la farine de blé blanche pour la préparation de vos crêpes et gâteaux. Troquez votre riz blanc contre du riz sauvage, au goût plus savoureux. Pour préparer un taboulé, utilisez un mélange de quinoa et de boulgour à la place de la semoule de blé traditionnelle.

Ces petits changements deviendront très rapidement des automatismes dans votre alimentation.

 

Romy Ducoulombier

 

Ideal meal | , , , , | Ajouter un commentaire

Des applis qui changent pour déjeuner

Des applis qui changent pour déjeuner

Des applis qui changent pour déjeuner

 

 

Ciblez vos envies à l’heure de la pause déjeuner ! Des applis, ludiques et éclairées, vous livrent et vous inspirent.

 

S’informer et géolocaliser son resto

Pour réserver une table « les yeux fermés », il suffit de consulter les avis éclairés d’amateurs-gourmets recensés sur certaines applications comme LaFourchette. Très connue, TripAdvisor, répertorie les restaurants (les hôtels et les lieux touristiques aussi) avec des photos à l’appui.

Dismoioù est un guide pratique qui recense : bars, restaurants, cafés classés selon des avis détaillés pour vous aiguiller.

Intuitive et ludique, l’appli iTaste permet de créer son propre guide de bonnes adresses connecté. Comment ? En compilant les lieux (à proximité) en fonction des critiques, des plats proposés et du style recherché.

Fan de burgers, de pizzas ou de sushis ? Goozty, l’appli dédiée à la restauration rapide, trie les établissements et vous les soumet par type de mets et par zone géographique. En prime, vous accédez à des réductions. Profitez-en !

 

Se faire livrer illico au bureau

Vous n’avez pas le temps de sortir déjeuner ? Faites-vous livrer ! Deliveroo vous sert les plats à la carte de vos restos préférés en moins de 30 minutes chrono. Au menu : salades composées, cocottes de chef étoilé, burger de qualité…

Connaissez-vous UberEATS ? L’appli fonctionne sur le même principe que Deliveroo avec une sélection de restaurants pointus et tendance. Pratique si vous êtes déjà utilisateur de VTC Uber, toutes vos informations bancaires sont relayées directement sur la plateforme.

D’autres applis de livraison (fonctionnant sur le même principe) existent comme Resto-In ou Just Eat. Terminée la livraison à thème unique, on se fait plaisir avec des assiettes variées !

 

Des petits plats faits maison

La livraison de plats entre particuliers connaît un succès croissant ! De même que la géolocalisation avec des menus élaborés aux environs de votre bureau (par exemple). Le point commun de ces tendances ? Le service de recettes home made, équilibrées et que l’on peut récupérer ou se faire livrer en quelques minutes chrono.

Les plats sont cuisinés par vos voisins ou un bien par de véritables chefs cuisiniers. Découvrez vite les savoureux menus du jour des applis : FoodChéri, Frichti ou encore Pop Chef . En parallèle des applications mobiles, découvrez les plates-formes de traiteurs entre particuliers sur le site www.platmaison.fr  ou encore Menu Next Door.

À table !

 

Une pause déj anti-gaspi

Et si vous donniez une dimension éthique à vos déjeuners ? L’appli Too good to go localise les produits invendus des boulangeries, pâtisseries ou traiteurs de votre quartier et vous propose de les acheter à prix cassés.

Vous n’avez plus de yaourts dans le frigo du bureau ? Faites un tour sur l’appli OptiMiam qui géolocalise les stocks de produits frais des commerçants et supermarchés de votre secteur. Des ventes flashs sont proposées pour liquider les denrées périssables sans avoir à les jeter.

Enfin, faites des économies ! Sur l’appli Grood, il est possible de commander ses plats en groupe tout en obtenant des réductions intéressantes.

 

Romy Ducoulombier

 

Ideal meal | , , | Ajouter un commentaire