logo

MENU
Ideal meal

Les avantages des paniers de saison

 

Les avantages des paniers de saison

Les avantages des paniers de saison

 

Les paniers de fruits et légumes ont la cote ! Chaque semaine, ils permettent de faire le plein de variétés bios ou cultivées localement. Et si on essayait ?

 

Les paniers de fruits et légumes : qu’est-ce que c’est ?

Initié par le mouvement des AMAP (Association de maintien de l’agriculture paysanne), le développement des paniers de fruits et légumes n’a cessé de prendre de l’ampleur ces dernières années.

Le principe de base ? Chaque semaine, le consommateur reçoit un panier paysan, composé de fruits et de légumes issus de l’agriculture biologique ou paysanne. En contrepartie, il s’engage à reverser un montant fixe pour garantir son engagement solidaire vis à vis de l’agriculteur.

Le lien direct entre le consommateur et le paysan s’établit sur la base de ce contrat de pré-financement (de 6 à 12 mois) !

Aujourd’hui, les AMAP ne sont pas les seules à proposer des paniers. On vient les « cueillir » également dans les magasins bios, à la sortie de sa gare, sur internet, sur son marché… Les points communs des paniers ? Des produits extra-frais, de saison et récoltés dans le même département (ou dans un périmètre restreint).

Réseau d’achat direct aux producteurs, La Ruche qui dit Oui ! permet de commander, en ligne les produits de son choix (pas seulement des fruits et légumes) et de les récupérer dans un point de dépôt de son quartier. Fromages, pain, huile d’olive, céréales ou de confitures mais aussi fiches recettes… La liste de courses est large !

En parallèle, des fermes de votre région vendent leurs paniers, à personnaliser ou non, sur internet. Et des sites sont également spécialisés sur ce créneau du circuit-court.

En entreprise, on peut aussi se faire livrer, chaque semaine, son panier frais. Dans le respect de l’environnement, des coursiers à vélo vous apportent même le fruit de votre commande.

 

Un menu « imposé » pour des recettes variées

Bien sûr, lorsque l’on souscrit à un panier de fruits et de légumes, on ne choisit pas son contenu. Exit les fraises en février et le raisin au mois de mai ! La sélection colle à la saison dans le respect de l’environnement.

Attendez-vous plutôt à trouver dans votre panier : des panais, des courges, des carottes, des topinambours en hiver et de belles tomates et des concombres l’été. C’est une façon de re-découvrir le « vrai » goût des végétaux de saison mais aussi certaines variétés inconnues ou jadis peu appréciées (exemples : la betterave, les blettes, le céleri…).

Les légumes anciens : radis noir, salsifis, rutabaga… Sortent de l’ombre et dévoilent tout leur potentiel gustatif dans l’assiette. Sur les conseils de votre paysan, apprenez à les cuisiner ! Des raviolis à la betterave, une salade de radis noirs râpés, une mousseline de topinambours, un velouté de panais, une poêlée de salsifis… Variez les plaisirs. Si le menu est imposé, l’exercice culinaire est d’autant plus stimulant pour nous autres gourmets à l’imagination débordante.

 

Quelques adresses de paniers…

Sur l’annuaire des AMAP, trouvez les paniers proches de votre domicile : www.reseau-amap.org. Auprès de vos magasins biologiques, renseignez-vous sur les possibilités de commander vos paniers. Enfin, rejoignez l’une des 700 ruches du réseau La Ruche qui dit Oui ! https://laruchequiditoui.fr/fr

 

Romy Ducoulombier

 

Ideal meal | , , , , | 1 Commentaire

Faites le plein de vitamine C pour affronter l’hiver

 

Faites le plein de vitamine C  pour affronter l’hiver

Faites le plein de vitamine C pour affronter l’hiver

 

Naturellement présente dans les fruits et légumes de saison, la vitamine C renforce le système immunitaire. Voici quelques conseils pour savoir où la débusquer…

 

Les fruits et légumes riches en vitamine C

En hiver, la vitamine C est une mine de bienfaits. Elle booste le système immunitaire, préserve notre peau de l’oxydation et nous évite ces fameux « coups de pompe » si fréquents à la morne saison.

On la trouve, en quantité importante, dans le : persil, cresson, chou de Bruxelles, brocolis, chou-fleur, épinards, pissenlit.

Et côté fruits ? Faites le plein de vitamine C avec : kiwi, citron, orange, clémentine, pamplemousse et raisin (pour les dernières grappes de la saison).

Conservés à température ambiante, certains végétaux (à feuilles) peuvent perdre jusqu’à 50% de leurs apports en vitamine C en seulement 24h.  Alors, consommez-les dès que possible ou conservez-les à l’abri de la lumière et à une température maximum de 5°C.

Le plus : optez de préférence pour des légumes issus de l’agriculture raisonnée ou biologique. La faible utilisation (ou son absence) de pesticides préserve votre santé et optimise le goût de vos aliments.

 

La cuisson des végétaux pour préserver leurs apports vitaminés

Le saviez-vous ? La cuisson détruit la vitamine C  et les sels minéraux sont dissous dans l’eau. C’est pourquoi, il est recommandé de les cuire dans peu de liquide, à l’étouffée, à la vapeur ou dans une casserole couverte. Ne dépassez pas le temps de cuisson !

Vous pouvez ensuite réutiliser le jus de cuisson pour vous concocter une soupe ou un bouillon riche en nutriments.

Concernant la préparation de vos ingrédients, épluchez-les en surface, utilisez du matériel inoxydable (qui ne détruit pas les vitamines) et lavez vos fruits et légumes à l’eau courante, sans les faire tremper. Si vous les râpez, effectuez cette opération au dernier moment.

Bon à savoir : l’ajout de citron augmente l’apport en vitamine C.

 

Les jus de l’hiver à siroter !

Quel plaisir de siroter son jus de fruits et/ou de légumes « maison ». Toutes les combinaisons sont possibles. Sachez que si vous utilisez un extracteur de jus, votre boisson sera plus riche en éléments nutritifs. La déguster à jeun, par petites gorgées, décuple son absorption et l’effet de satiété.  Tchin, tchin!

Le jus de la rédac : (pour 2 verres )

  • Rincez des pousses d’épinards (1 bonne poignée),
  • Pelez 2 pommes granny smith et détaillez-les en gros morceaux
  • Epluchez ¼ d’ananas et détaillez-le en cubes
  • Eplucher 1 kiwi et taillez-le

Passez vos légumes et vos fruits à l’extracteur de jus. Vous pouvez ajouter une pointe de piment d’Espelette ou un petit morceau de gingembre frais au moment de l’extraction et servir avec une demi-rondelle de citron.

Les jus de l’hiver à siroter

Les jus de l’hiver à siroter

 

Romy Ducoulombier

Ideal meal | , , , , | Ajouter un commentaire

5 astuces pour donner du tonus à vos assiettes !

5 astuces pour donner du tonus à vos assiettes !

5 astuces pour donner du tonus à vos assiettes !

 

Une assiette savoureuse permet d’augmenter l’effet de satiété et donc, d’éviter les fringales. Suivez nos conseils pour donner du goût à vos plats.

 

De la fraîcheur avec les plantes aromatiques

De l’entrée au dessert, les herbes aromatiques savent rehausser un plat et lui apporter une touche de fraîcheur. Coriandre, basilic, ciboulette, persil et menthe vont de pair avec la plupart des ingrédients.

On ajoute ces herbes, de préférence crues et ciselées, sur les plats, au dernier moment. Cuites au four (avec un pizza par exemple), elles ont tendance à dessécher et, mijotées, à ramollir.

Pour varier les goûts : présentez votre fromage de chèvre frais avec de la ciboulette et du poivre ou de l’aneth et des baies roses. Côté desserts, la menthe agrémente de nombreuses salades de fruits et les feuilles de verveine vont très bien avec la mangue. Profitez-en, c’est un fruit de saison !

Les bons accords : thym/sauce tomate, ragoûts/romarin, origan/pizza, persil/poisson blanc, estragon/omelette, aneth/sauces.

 

Un brin d’exotisme avec les épices

Les épices dynamisent les recettes un peu fades et ont une fonction décorative. Pour explorer tout leur potentiel gustatif, dégustez-les séparément dans vos plats préférés.

Vous pouvez les ajouter selon la quantité souhaitée, pendant la cuisson de vos plats ou après. S’il s’agit de graines, écrasez-les grossièrement à l’aide d’un pilon pour faire ressortir tout leur bouquet. Vous pouvez également tester des mélanges d’épices tout préparés comme le ras el hanout, un mix marocain de près de 20 épices !

Pour les conserver, stockez vos poudres, vos bâtonnets et vos graines dans des bocaux hermétiques et à l’abri de la lumière.

Les bons accords : anis étoilé/ biscuits, baies roses/poissons en papillote, cannelle/fruits cuits, cardamome/court-bouillon, graines de coriandre/ chou, curcuma/sauce, cumin/légumes, gingembre/volailles, noix de muscade/purée

 

Des vinaigrettes qui changent

Touche finale de votre salade, la vinaigrette est l’atout « charme » d’une assiette de crudités. C’est pourquoi, il est important de la bichonner.

Variez donc du traditionnel mélange : huile/vinaigre/moutarde avec des huiles de base qui changent. Commencez par remplacer l’huile d’olive par une huile de colza, de noix ou un mélange d’huiles de lin, d’olive et de bourrache, source d’oméga-3.

Les bonnes vinaigrettes (sur cette base) : jus de citron, miel et curry pour booster vos défenses immunitaires, jus de carotte, moutarde et vinaigre de framboise, pour un petit côté acidulé, jus d’agrumes, échalotes et moutarde pour un assaisonnement vivifiant.

Romy Ducoulombier

 

Ideal meal | , | Ajouter un commentaire

Conservation des aliments : comment bien ranger son réfrigérateur?

 

Comment bien ranger son réfrigérateur pour une meilleure conservation des aliments ?

Comment bien ranger son réfrigérateur pour une meilleure conservation des aliments ?

 

En France, nous jetons en moyenne 21% des aliments que nous achetons, soit 20kg par an et par français selon le ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt. Pour lutter contre ce gaspillage alimentaire et permettre une conservation optimale de nos aliments, la règle d’or passe par un rangement efficace de son réfrigérateur. Découvrez sans plus attendre toutes les bonnes pratiques à respecter.

 

Respectez les zones de températures

Chaque réfrigérateur a été conçu de telle sorte que chaque aliment y trouve la place la plus adaptée pour conserver toutes ses qualités nutritionnelles. C’est pourquoi votre appareil dispose de différents étages qui exposent vos aliments à des températures différentes :

  • Une zone froide entre 0° et 4°C : viande et poisson cru, charcuterie, jus, aliments ou plats à décongeler, plats cuisinés, crustacés,  plats faits maison, fromage au lait cru, produits frais entamés etc… y trouveront la place qui leur est parfaitement adaptée.
  • La zone fraîche/tempérée entre 4°C et 6°C : yaourts, crème fraîche, viande et poisson cuits, pâtisserie, sauces etc… y seront correctement conservés.
  • Le bac à légumes entre 8° et 10°C : comme son nom l’indique, ce bac permet de protéger les fruits et légumes frais  de l’humidité.  Pour ceux qui ont deux bacs, vous pouvez séparer les fruits et légumes, ça n’en sera que mieux.
  • La porte du réfrigérateur entre 6° et 10°C : Cette zone conviendra parfaitement aux produits ne nécessitant pas une température très froide tels que : boisson, confiture, œuf, beurre, vinaigrette, ketchup etc…

 

Ne brisez pas la chaîne du froid et évitez les pertes d’énergie inutiles

  • Évitez de laisser la porte de votre frigo ouverte trop longtemps pour ne pas y faire entrer l’air chaud, entraînant une hausse de température. Vous éviterez ainsi une surconsommation d’énergie pour atteindre à nouveau le refroidissement de base nécessaire.
  • Laissez refroidir vos aliments avant de les placer au frais.
  • Ne surchargez pas votre réfrigérateur en pratiquant une bonne gestion de vos achats. Sachez que certains aliments ne doivent pas obligatoirement être rangés dans le frigo : les bananes se conservent par exemple mieux à l’air ambiant et noirciront moins vite, de même que les pommes de terre et les oignons.
  • Retirez tous les emballages superflus (cartons de conditionnement des yaourts par exemple) pour permettre une meilleure circulation de l’air.
  • Les produits laitiers dont l’emballage est gonflé, ont subi une rupture de la chaîne du froid et ne sont pas consommables.

 

Conservez un frigo sain et propre

  • Nettoyez votre frigo au minimum une fois par mois. Pour cela, optez pour du vinaigre blanc dilué dans de l’eau chaude.
  • Placez une feuille de papier cuisson dans votre bac à fruits et légumes. Grâce à son imperméabilité, il vous sera très facile de conserver propre votre bac si quelques légumes venaient à s’abîmer un peu.
  • Rangez les aliments non consommés mais déjà entamés dans des Tupperwares pour éviter d’une part la prolifération des bactéries et d’autre part maîtriser les odeurs. L’idéal étant que les récipients soient transparents voir même étiquetés pour vous permettre d’identifier facilement leur contenu sans avoir à les ouvrir.
  • Évitez de coller vos aliments aux parois. Outre le fait que l’emballage risque de rester collé, vous limiterez la prolifération des bactéries.

 

Respectez les dates de conservation

  • Placez de façon très visible les aliments périssables pour les consommer rapidement.
  • Consommez les produits entamés dans les 3-4 jours, dans la journée pour les viandes
  • Pensez à congeler les aliments pour qu’ils se conservent plus longtemps. Pour cela vérifiez les dates limites de conservation en évitant de congeler ceux ayant une date de péremption trop proche

 

Ideal meal | , | Ajouter un commentaire

Découvrez ou redécouvrez les légumes oubliés

Découvrez ou redécouvrez les légumes oubliés

Découvrez ou redécouvrez les légumes oubliés

 

De nombreux légumes sont tombés dans l’oubli et sont devenus rares à trouver au moment de faire vos courses. Et pourtant, ils regorgent de bienfaits nutritifs qui en font des légumes qu’il serait bon de retrouver dans nos assiettes.

 

Pourquoi certains légumes ont-ils été oubliés ?

Il est compliqué de trouver sur les étalages de vos marchés ou supermarchés des topinambours, des crosnes ou encore des panais. Et pourtant, il fut un temps où ces légumes étaient largement consommés.

Alors pourquoi ont-ils disparus de nos assiettes ? Les raisons sont diverses et varient d’un légume à un autre :

  • Face à une société de sur-consommation, certains de ces légumes étaient considérés comme difficiles à cultiver en très grande quantité.
  • Pour d’autres, ils étaient associés à une période de guerre et de pénurie, à l’exemple du chou rave qui était principalement consommé par les paysans.
  • Enfin, pour certains, leur aspect n’a pas joué en leur faveur. Pas assez beau, pas assez rond, pas assez appétissant etc… le crosne, par son aspect peu ragoûtant, a par exemple peu à peu disparu.
Légumes oubliés : le crosne

Légumes oubliés : le crosne

 

 

Les bienfaits des légumes oubliés

Quel dommage de laisser ces légumes tomber aux oubliettes ! Même les grands chefs cuisiniers l’ont compris. C’est pourquoi, ils remettent au goût du jour ces légumes oubliés pour faire ou refaire découvrir à leurs clients des saveurs nouvelles.

Cuisinés en salade, en poêlé, en gratin ou encore en purée, chacun de ces légumes apporte des bienfaits nutritionnels à notre organisme et sont enrichis de vertus non négligeables.

On peut citer par exemple le panais. Avec sa saveur sucrée, c’est un légume riche en minéraux (manganèse, phosphore, magnésium, potassium…), en vitamine B9 (folate), en vitamine C et en vitamine E.

Légumes oubliés : le panais

Légumes oubliés : le panais

 

Ou encore le rutabaga : croisé entre le navet et le chou frisé, il est riche en vitamine C et c’est donc un véritable allié pour notre système immunitaire, notamment en période hivernale. Il est également réputé pour son pouvoir antioxydant et ses bienfaits en potassium. 

Légumes oubliés : le rutabaga

Légumes oubliés : le rutabaga

 

Où découvrir toutes les variétés de légumes oubliées ?

Toute l’année, petits et grands peuvent venir découvrir tous ces légumes oubliés pour enrichir leur connaissance et apprendre comment les cultiver et les cuisiner :

  • Le potager du roi à Versailles : classé monument historique depuis 1926, ce jardin regorge de fruits et légumes en tous genres : chou- fleur, blettes, potirons, tomates, panais ou crosnes sans oublier les 130 variétés de pommes et de poires. Et si vous ne souhaitez pas repartir les mains vides, il est possible d’en acheter sur place.
  • Le » MUSEE GOURMAND des LEGUMES OUBLIES » du Château de Belloc, à Sadirac. Direction Bordeaux pour découvrir le principal site touristique de la Gironde. De nombreux prix sont venus récompenser ce musée créé par Bernard Lafon également créateur de la marque « Oh légumes oubliés ». A travers son jardin et son labyrinthe, il nous fait découvrir toute l’histoire des fruits et légumes. Une fois de plus, il possible de faire quelques emplettes !

C’est d’ailleurs dans le cadre d’un partenariat entre ces deux grands noms et sous contrat de licence, que la marque et la gamme de produit « Château de Versailles – Epicerie Fine » a été créée. Issue d’une agriculture locale et biologique, ces produits contribuent à incarner l’art de vivre à la française à travers le monde.

 

Ideal meal | , , | Ajouter un commentaire

Les super pouvoirs des graines germées

Les super pouvoirs des graines germées

Les super pouvoirs des graines germées

 

Les bienfaits nutritionnels des graines germées

Les graines germées sont épatantes ! Elles sont riches en vitamines, en fibres et en oligo-éléments. En prime, elles jouent un rôle d’antioxydants et contribuent à l’équilibre nutritionnel.

Symboles de renouveau, ces jeunes pousses donnent un coup de fouet à l’organisme. Les céréales (blé, sarrasin), les oléagineux (sésame, courge, tournesol) ou les légumineuses (pois chiches et lentilles) se consomment sous forme de germe d’environ 0,5 cm. Les graines de légumes, quant à elles, (cresson, fenouil, radis, persil) se dégustent à l’état de pousses vertes de 2-3 cm. Les germes de soja vert, de tournesol, de brocoli ou d’alfalfa sont une bonne source de protéines végétales. Le blé, les lentilles, le lin, les épinards sont riches en fer et en magnésium. Tout comme les graines de tournesol et de sésame qui contiennent aussi des acides gras essentiels.

Pour faire le plein de vitamine C, misez sur les germes de chou rouge, de cresson et de roquette. Le plus : croquantes, fraîches et parfois relevées, les graines germées donnent du pep’s à vos mets. Et leur goût renforce l’effet de satiété (parfait pour limiter les grignotages entre les repas). On les achète : en magasins bios et en supermarchés. Elles sont vendues en petits sachets.

 

Comment faire germer ses graines ?

Tout dépend de votre consommation de graines germées !

Si vous souhaitez cultiver une variété à la fois, optez pour un bocal en verre à couvercle percé (en plastique ou en inox). Le mode d’emploi : versez la dose de graines souhaitée (1 c. à soupe) dans votre bocal et laissez tremper une nuit dans le récipient rempli d’eau. Le couvercle perforé doit être refermé. Ainsi le lendemain, vous n’aurez plus qu’à l’utiliser comme une passoire pour vider le liquide. La germination peut débuter ! Une fois par jour, versez de l’eau dans le bocal (à travers le couvercle), remuez-le et videz l’eau. Cela permet d’humidifier vos graines en les rinçant. Au bout de 2 à 3 jours, c’est prêt !

Il existe aussi des germoirs à étages pour une utilisation familiale, des modèles avec arrosage intégré et d’autres en terre cuite. Si vous souhaitez acheter des graines toutes prêtes, sachez qu’elles sont vendues en barquettes au rayon frais des magasins bios.

 

Graines-germées et mets

Sur une tartine de pain complet, disposez un avocat préalablement écrasé (et assaisonné) et ajoutez vos petites pousses de blé ou de radis, par exemple. Sur une salade de légumes crus râpés, elles varient les textures et optimisent l’apport en vitamines C. Sur une purée ou un velouté, les graines germées apportent du croquant et une touche acidulée. Tout est permis ! À condition de les consommer crues pour profiter de leurs bienfaits.

Romy Ducoulombier

 

Ideal meal, Non classé | , , , , | Ajouter un commentaire

Comment manger équilibré au restaurant ?

 

Comment manger équilibré au restaurant ?

Comment manger équilibré au restaurant ?

 

Notre choix du déjeuner se pose généralement sur le restaurant le plus proche du travail : pizza, pâte, sandwich… bien que varié ce n’est pas toujours très équilibrée. Retrouver tous les conseils pour équilibrer votre menu et préserver votre plaisir quelles que soient les circonstances, vos contraintes de travail ou vos habitudes.

 

Vous mangez un sandwich tous les midis

  • Préférez le pain bis ou complet plutôt que le pain blanc.
  • Variez les plaisirs en alternant le jambon, le poulet, le boeuf, le thon, le saumon, les oeufs, le fromage. Sachez que charcuterie et beurre ne font pas bon ménage sur le plan nutritionnel.
  • Pensez aux crudités dans votre sandwich : salade verte, concombre, tomates.
  • Pour donner du goût, optez pour les cornichons ou la moutarde plutôt que la mayonnaise, le beurre ou les sauces grasses.
  • Pour la boisson, buvez plutôt de l’eau que des boissons sucrées.
  • Pour le dessert, pensez aux fruits !

 

Vous mangez rapidement pendant vos trajets routiers

  • Pensez à vous arrêter pour manger sinon vous serez moins vigilant au volant.
  • Mangez à votre faim mais sans excès sinon vous risquez de somnoler au volant.
  • Si vous faites un long trajet, mangez à votre rythme habituel, et non à chaque fois que vous vous arrêtez.
  • Pensez à marcher un peu après le repas pour digérer.
  • Souvenez-vous que celui qui conduit ne boit pas.

 

Vous mangez souvent à la pizzeria

  • Choisissez un plat de pâtes ou une pizza, mais pas les deux.
  • Les pizzas les moins grasses sont souvent les pizzas classiques (napolitaine, marguerite, quatre saisons). Evitez les pizzas plus riches (4 fromages, calzone).
  • Evitez d’ajouter trop d’huile pimentée pour ne pas augmenter l’apport en graisses de votre pizza.
  • Pour le dessert, préférez un fruit frais, une salade de fruits ou un sorbet plutôt qu’un tiramisu ou une pâtisserie.

 

Vous mangez souvent au restaurant chinois

  • La cuisine chinoise possède plusieurs avantages du point de vue nutritionnel : des cuissons à la vapeur ou grillées sont des modes de cuisson pauvres en matières grasses, des aliments nutritionnellement intéressants comme le riz nature ou le thé.
  • Pour accompagner votre plat, vous pouvez commander un potage aux légumes ou une salade.
  • Pour le dessert, pensez aux fruits frais, aux salades de fruits et aux sorbets.

 

Vous mangez souvent au restaurant oriental

Un couscous ou un tajine sont des plats riches et peuvent constituer à eux seuls un repas complet. Pensez à manger autant de légumes que de semoule. Pour alléger le repas en graisses, choisissez la brochette d’agneau ou le poulet plutôt que le mouton, la boulette de viande ou la merguez. En dessert, privilégiez un fruit frais aux pâtisseries orientales, particulièrement riches en sucre et en graisses.

 

Ideal meal | , , , , | Ajouter un commentaire

Nos astuces infaillibles pour conserver ses fruits plus longtemps !

Nos astuces infaillibles pour conserver ses fruits plus longtemps !

Nos astuces infaillibles pour conserver ses fruits plus longtemps !

 

Les fruits de saison, gorgés de vitamines et de minéraux, se conservent plus longtemps que vous ne le pensiez… Suivez le guide !

Les fruits se conservent généralement 2 à 3 jours à température ambiante, à condition de les placer dans un endroit sec et frais, à l’abri de la lumière.

Le saviez-vous ? Certains fruits comme la pomme, la banane, la poire ou le melon sont dits « climactériques ». Une fois récoltés, ils dégagent un gaz ; l’éthylène, qui accélère la maturation des autres spécimens situés à leur proximité. C’est pourquoi, il n’est pas toujours bon de mettre tous ses fruits dans le même panier ! Vos pommes, par exemple, se conserveront mieux dans un sachet hermétique au réfrigérateur. Et ce, sans nuire à leur voisinage.

 

Halte à l’oxydation des fruits !

Avez-vous remarqué que vos bananes noircissent très rapidement ? Pour éviter qu’elles ne s’oxydent ne les séparez pas de leur grappe !

Particulièrement sensible aux effets de l’oxygène également, le raisin se conserve plusieurs jours dans un tupperware au réfrigérateur.

Si vous n’avez pas terminé votre salade de fruits ou votre poire à l’heure du déjeuner, parsemez quelques gouttes de jus de citron pour conserver vos fruits entamés.

Bon à savoir : la tomate (oui, c’est un fruit !), l’abricot, le brugnon et les fruits exotiques comme la mangue perdent leurs qualités gustatives au réfrigérateur. Mieux vaut profiter pleinement de leurs saveurs en les laissant à l’air libre.

 

Conservation de fruits « longue durée »

Vous pouvez conserver vos fruits au congélateur. Coupez en deux : abricots, pêches et nectarines. Ôtez leur noyau et laissez-les durcir une nuit au congélateur avant de les enfermer dans un sachet de congélation. Idem pour les fruits rouges ! Il est aussi possible de déshydrater : raisin, pomme, ananas ou banane grâce à un déshydrateur d’aliments. Enfin, pour faire durer le plaisir des saisons et éviter le gaspillage, préparez de savoureuses confitures ou des conserves de fruits à offrir et à savourer toute l’année !

Romy Ducoulombier

 

Ideal meal | , , , , | Ajouter un commentaire

Pourquoi les besoins énergétiques différent-ils d’une personne à une autre ?

 

Pourquoi les besoins énergétiques différent-ils d’une personne à une autre ?

Pourquoi les besoins énergétiques différent-ils d’une personne à une autre ?

 

Les besoins énergétiques varient en fonction de l’âge, du sexe et de l’activité des individus. En règle générale, un homme adulte a besoin d’environ 2500 à 2700 kcal par jour. Une femme adulte, a des besoins moins élevés : entre 2000 et 2200 kcal par jour. L’alimentation ne se contente pas de couvrir nos besoins en énergie. Elle nous apporte aussi de nombreux nutriments essentiels au bon fonctionnement de notre organisme :

  • des macronutriments : protéines, glucides, lipides
  • des micronutriments : vitamines, minéraux : calcium, magnésium, potassium
  • des oligo-éléments, comme le cuivre, le manganèse

 

Pourquoi les besoins énergétiques diffèrent-ils ?

Les besoins énergétiques dépendent de plusieurs facteurs propres à chacun : le sexe, la taille, l’activité physique, le métabolisme de base, l’âge…

Il faut savoir, par exemple, qu’entre 20 et 75 ans, la dépense énergétique peut diminuer de 30 % !

La corpulence compte aussi : une personne en surpoids a généralement tendance à moins se dépenser. L’évolution de nos modes de vie a également modifié nos besoins en énergie. Notre vie est devenue plus sédentaire, nos bureaux et lieux de vie sont tous chauffés, autant de facteurs qui limitent nos dépenses en énergie.

Il existe par ailleurs une grande disparité entre individus de même taille, de même sexe et de même âge. La pratique d’une activité physique, la constitution de graisses de réserves ou l’arrêt de certains aliments ne produisent pas les mêmes dépenses métaboliques d’une personne à l’autre.

 

Certaines catégories de personnes ont des besoins nutritionnels spécifiques.

  •  La femme enceinte : il lui faut davantage d’énergie pour couvrir ses besoins et ceux de bébé. Certains micronutriments lui sont indispensables : c’est le cas de la vitamine B9 qui intervient dans le bon développement nerveux du fœtus. Le cas aussi du calcium et de la vitamine D qui vont assurer une bonne minéralisation des os de bébé et lui permettre de constituer ses réserves. Sans oublier le fer, bien sûr !
  • Les personnes âgées : la diminution de la masse musculaire et la réduction des activités physiques entraînent une modification de leurs besoins. Il leur faut des protéines pour compenser la « fonte musculaire ». Du calcium et de la vitamine D afin de lutter contre la déminéralisation des os et éviter les risques d’ostéoporose. Très précieuses aussi, les fibres, si utiles pour le transit.

 

Ideal meal | , , , | Ajouter un commentaire

Donnez du rythme à vos repas

Donner du rythme à vos repas

Donner du rythme à vos repas

 

Pour équilibrer son alimentation, il faut organiser sa journée afin de donner le bon rythme à chaque repas. Quelques règles :

  • Habituer son corps à s’alimenter à heure fixe.
  • Fractionner ses prises alimentaires pour bien répartir ses apports au fil de la journée.
  • Les nutritionnistes recommandent 4 repas quotidiens : petit-déjeuner, déjeuner, goûter et dîner.

 

Interdit donc de sauter un repas !

  • Composer des repas complets avec entrée, plat et dessert. Vous avez toutes les chances de consommer la juste dose de nutriments-protéines, lipides, glucides et de micronutriments : fibres, vitamines et minéraux, dont votre corps a besoin.
  • Laisser la place au plaisir ! Vous ne vous en doutiez pas mais le plaisir est une composante essentielle de l’équilibre alimentaire. Si vous vous privez d’une petite gourmandise ou d’un dessert, si vous vous interdisez d’acheter certains produits, vous tiendrez un moment puis, pour une raison quelconque (stress, grande faim…) vous craquerez et vous vous jetterez sur un paquet de gâteaux. Le plaisir rime avec équilibre, le tout est de ne pas en abuser !

 

LE PETIT DEJEUNER

Il représente le repas le plus important de la journée ! C’est lui qui permet en effet à notre organisme de recharger ses batteries pour la journée à venir. Il doit apporter le quart des calories quotidiennes.

Un petit-déjeuner équilibré :

  • 1 boisson chaude : thé ou café
  • 1 produit laitier : lait, yaourt, fromage blanc ou petit-suisse
  • 1 fruit : cru, en compote ou en jus
  • 1 produit céréalier : pain, biscottes, céréales pour petit-déjeuner.

 

 

LE DEJEUNER

Pour être équilibré, le déjeuner doit comprendre :

  • 1 source de protéine : viande, poisson, œuf, crustacés…
  • 1 légume : cru ou cuit
  • 1 féculent : riz, pâtes, semoule, légumes secs, pomme de terre, petits pois, maïs ou pain
  • 1 produit laitier : laitage ou fromage
  • 1 fruit : cru ou cuit.
  • Les matières grasses : huile, beurre ou margarine. En quantité contrôlée !
  • Boisson : l’eau est la seule boisson indispensable à notre organisme. Il est conseillé d’en boire au moins 1,5 l tout au long de la journée.

 

LE GOUTER

Prendre une collation au cours de la matinée : utile ou pas ?

Si vous avez pris un petit-déjeuner complet, il n’est pas utile de prendre une collation dans la matinée. En revanche, si votre petit-déjeuner se résume à un café, n’hésitez pas à emporter un fruit ou un yaourt pour une pause à 10 heures.

Les nutritionnistes considèrent le goûter comme le 4eme repas de la journée. Il compte donc, surtout pour les enfants. Il permet de bien répartir ses apports et il éloigne les tentations de grignotage en attendant le dîner. Il doit comporter :

  • un produit céréalier – pain, biscotte…
  • un produit laitier – lait, yaourt, fromage blanc…
  • un fruit
  • Sans oublier une boisson : thé ou eau de préférence.

 

LE DINER

Le dîner doit être préparé en fonction du déjeuner. Selon le même schéma, mais si celui-ci comportait par exemple, une source de protéines, il n’est pas nécessaire d’en prendre au dîner.

 

Ideal meal | , , , , , | Ajouter un commentaire