logo

MENU
Ideal meal
Home » Ideal meal » Flexitariens : qui sont ces (nouveaux) mangeurs ?

Flexitariens : qui sont ces (nouveaux) mangeurs ?

| Ideal meal | juin 01, 2018

 

Flexitariens : qui sont ces (nouveaux) mangeurs ?

Flexitariens : qui sont ces (nouveaux) mangeurs ?

 

Si les végétariens, les végétaliens et les végans sont aujourd’hui bien identifiés dans leurs pratiques, les flexitariens, eux, se sont faits beaucoup plus discrets… jusqu’à aujourd’hui, où les médias se penchent enfin sur leur cas. Et pourtant, ils sont beaucoup plus nombreux que végétariens, végétaliens et végans réunis, puisque la Monde.fr dans sa rubrique Planète les estime à un tiers de la population française ! Étonnant ? Pas vraiment, car, à l’instar de monsieur Jourdain qui fait de la prose sans le savoir, nous sommes nombreux à pratiquer le flexitarisme sans nous en rendre compte.

Etes-vous flexitarien, sans le savoir ?

Oui, si depuis quelques mois ou années vous avez spontanément réduit votre consommation de viande, notamment rouge. Le néologisme est né de l’apposition de « flexi » pour « souple », et de « tarien », comme dans « végétarien ». Les flexitariens privilégient dans leur alimentation légumes, légumineuses, fruits et céréales, mais ajoutent occasionnellement des produits d’origine animale (viande blanche, poisson, œufs, lait…) en quantité raisonnée, pour des raisons de santé (ne pas se carencer en vitamines B12, notamment) et de plaisir gustatif.

Un concept militant contre les gaz à effet de serre

Le concept a plus de 20 ans. Il serait né progressivement aux Etats-Unis d’un appel à la raison du journaliste américain Mark Brittman, face à la trop grande consommation de viande de ses compatriotes, avec les impacts santé et écologiques que l’on sait : obésité des consommateurs et gaz à effet de serre surproduit, surtout par les élevages bovins et ovins.

Un engouement boosté par les récents scandales

Mais la prise de conscience qui mène au flexitarisme est plus récente. Nombre de  personnes ont allégé leur consommation de viande suite aux scandales des laboratoires relayés par les réseaux sociaux. Combattre la maltraitance animale est donc une nouvelle raison d’adopter le flexitarisme. La raison économique a aussi sa place : les flexitariens, même ceux qui s’ignorent, sont sensibles à la qualité de ce qu’ils mangent et la viande haut-de-gamme (Bio notamment, ou garantie sans hormones ni antibiotiques) est assez chère.

6 bonnes raisons pour devenir demain flexitarien

En résumé, il n’y a que de bonnes raisons pour adopter le « flexi » :

  • Son atout santé: réduire nos apports en protéine animale c’est aussi réduire nos problèmes de surpoids, notre taux de mauvais cholestérol, nos risques de maladie cardiovasculaire.
  • Son aspect économique: les protéines végétales, même bio, sont moins chères que les protéines animales, même industrielles.
  • Son plus grand respect de l’environnement: 18% des gaz à effet de serre sont imputables à l’élevage, ainsi que 70% de la déforestation et 70% des prélèvements mondiaux en eau.
  • Son côté responsabilisant: manger moins de viande signifie aussi être plus exigeant et plus attentif envers la production de celle-ci.
  • Et enfin, sa souplesse: il ne complique pas la vie des amis qui nous invite à diner !

Catherine Terrand

Partager :Pin on PinterestTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn
Aucun commentaire